Dans le département de Fatick, plus précisément dans la commune de Tattaguine où intervient Enda Pronat, une femme s’est distinguée par son engagement et sa persévérance dans la sensibilisation de ses paires pour reverdir leur environnement. Aux yeux de la communauté, elle est devenue une championne et un modèle dans la pratique agroforestière appelée Régénération Naturelle Assistée (RNA).

Penda Ndong est native de Tattaguine Sérère. Mariée et mère de famille, sa situation conjugale n’a jamais été un frein à un engagement au sein de sa communauté. Elle est ainsi devenue animatrice communautaire pour Enda Pronat. En 2019 elle a pu sensibiliser 54 ménages qui ont régénéré 59,2 ha dans son propre village en développant la Régénération Naturelle Assistée (RNA) dans leur champ.

La RNA consiste à protéger et gérer les repousses naturelles que produisent les souches d’arbres et arbustes dans les champs. C’est une stratégie alternative agro forestière développée par Enda Pronat dans plusieurs de ses zones d’intervention, considérée à la fois comme une pratique agroécologique pour faire face à la baisse de la fertilité des sols, mais aussi comme une mesure d’accompagnement bien plus efficace que le reboisement pour améliorer la gestion des ressources forestières en luttant contre la forte régression de la densité et de la diversité végétale.

Penda Ndong s’est inscrite dans cette même dynamique en 2020 en intégrant 20 nouveaux ménages à pratiquer la RNA sur une superficie de 30 ha. Son dynamisme, son engagement et sa volonté de préserver l’environnement la poussent à assister ses collègues animateurs de la commune de Tattaguine pour une mise à l’échelle communale de la RNA. Afin de pérenniser ces acquis, elle a eu à animer des émissions au niveau des radios locales pour renforcer la sensibilisation des populations sur la contribution de la RNA dans les processus de restauration des écosystèmes naturels dégradés dans un contexte de changement climatique. Pour mieux assister les populations, Penda ne s’est pas fixée de limites. Elle a investi le terrain politique pour accéder aux instances de prise de décision locale. C’est ainsi qu’elle est devenue conseillère municipale. Toutes ses interventions et prises de parole se focalisent essentiellement sur l’autonomisation des femmes, sur l’accès des femmes et des jeunes au foncier et au financement, et sur le renforcement de capacités des GPF.