"Environnement Développement Action pour la Protection Naturelle des Terroirs"
54, Rue Carnot , Immeuble Cheikh Hamidou KANE Dakar , Plateau
(+221) 33 889 34 39
BP
3370

La politique de la connaissance

LA POLITIQUE DE LA CONNAISSANCE Comprendre les données probantes en faveur de l’agroécologie, des approches régénératives et des pratiques alimentaires autochtones:

Ce rapport s’attaque aux récits freinant le changement et montre comment l’agroécologie, les approches régénératrices et les pratiques autochtones transforment déjà les systèmes alimentaires.
Enda Pronat, à travers Mariam SOW, a contribué à la rédaction de ce rapport, aux côtés d’organisations et de réseaux de praticiens, de scientifiques, d’agriculteurs et agricultrices et de producteurs et productrices de denrées alimentaires, de peuples autochtones et de fondations travaillant sur les systèmes alimentaires aux niveaux national et international.

Télécharger le rapport intégral 

Déclaration du Forum Alternatif Mondial de l'Eau ( FAME 2022)

Déclaration du Forum Alternatif Mondial de l'Eau ( FAME 2022)

Nous, représentantes et représentants des mouvements paysans, des communautés autochtones, des femmes, des jeunes, des ONG et autres organisations de la société civile qui défendent le droit des populations à l’eau et à l’assainissement, nous nous sommes réunis à Dakar du 21 au 26 mars 2022 dans le cadre du Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME).

Le FAME a réuni des centaines de participantes et participants, venus de tous les continents, autour de panels, conférences, ateliers, expositions, projections de films documentaires, etc.

Le thème du FAME est « l’accès à l’eau et à l’assainissement est une question de santé publique et un baromètre de démocratie ».

Le FAME s’est déroulé dans un contexte de changement climatique,de stress hydrique à l’échelle de la planète et de mondialisation néolibéralenéfaste aux communautés. A la suite de riches échanges,il ressort que En savoir plus 

Livret vert de la convergence des luttes pour la terre et l'eau - Afrique de l'Ouest

Livret vert de la convergence des luttes pour la terre et l'eau - Afrique de l'Ouest

Nous faisons valoir nos droits et présentons de vraies solutions crédibles pour la souveraineté alimentaire des peuples qui implique aussi leur droit à participer à la prise de décisions et à définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles qui reposent sur l’agriculture familiale et l’agroécologie paysanne.

* Les droits fondamentaux et essentiels à une vie digne et de bien-être pour toutes et tous, basée sur la pleine réalisation des droits humains, dont le droit à une alimentation adéquate et la nutrition, le droit à l’eau, le droit à la terre et le droit aux semences paysannes dans le cadre de la souveraineté alimentaire et des peuples.

* L’égalité des genres et la libre circulation des hommes et des femmes avec les droits y afférant.

* Une dynamique des terroirs gérés par et avec les communautés via les exploitations agricoles familiales basée sur l’agroécologie paysanne, la biodiversité agricole et naturelle, les savoirs, les savoir-faire et savoir-être des communautés.

* Des systèmes d’alimentation et de production locaux, avec le contrôle, la gestion et l’accès des communautés et populations à la terre, l’eau, les semences paysannes et les autres ressources naturelles ainsi que leur gestion communautaire. Des zones urbaines et péri-urbaines entourées de ceintures vertes avec des relations d’échange basées sur le respect, la coopération et la solidarité mutuelle. Cela s’applique aux marchés locaux et au commerce international, ainsi qu’aux relations entre les zones rurales et les zones péri-urbaines et urbaines.

Télécharger le livret 

Convergence globale des luttes pour la terre et l'eau Ouest Africaine ( CGLTE-AO): NOTE DE POSITION SUR LA COMPENSATION ET/OU MARCHES CARBONES

La délégation des 15 plateformes nationales de la CGLTE-OA qui traversera cette année du 20 novembre au 11 décembre, la Gambie, le Sénégal, la Guinée Bissau, la Guinée pour arriver en Sierra Léone organisera des activités populaires et des remises de documents collectifs de revendications et propositions aux autorités à chaque étape, et aux représentants de la CEDEAO et de l'UMEOA à la fin de la caravane. Le point d'orgue devait être le Sénégal où notre solidarité et volonté s'exprimeront fortement en écho avec les autres convergences sur les luttes climatiques en cette période de COP26, contre les crédits carbones pour des terroirs en agro écologie paysanne ! Ainsi nous clamons avec la dernière rigueur que :

Lire la déclaration version française 

Déclaration de Niamey finale de la concertation entre acteurs pour la reconnaissance des systèmes semenciers paysans en Afrique de l’Ouest, le 08 avril 2021 à Niamey au Nige

Nous, paysans (nes), Délégué (es) des Comités Ouest Africains des Semences Paysannes (COASP), du Réseau des Organisations Paysannes et des Producteurs agricoles d’Afrique de l’Ouest (ROPPA), des Associations, des ONGs nationales et internationales, des Points Focaux TIRPAA, des Défenseurs des droits humains, des Citoyens (nes) venus de sept (7) pays de l’Afrique de l’Ouest (Benin, Burkina Faso, Ghana, Mali, Niger, Togo et Sénégal) et de l’Afrique centrale (Tchad), participants à l’atelier de formation et de concertation pour la reconnaissance des systèmes semenciers paysans organisé par le COASP, du 06 au 08 Avril 2021, au Centre Régional Agrhymet de Niamey (Niger), faisons la déclaration dont la teneur suit :

Lire la déclaration version française            Lire la déclaration version anglaise 

UNE RECETTE À LA FRANÇAISE: Une pincée d'agroécologie

Depuis 10 ans, la France montre un intérêt croissant pour le modèle agroécologique et l'intègre dans les lois régissant son action et ses financements dans l’agriculture à l’international. En parallèle, et en contradiction avec ces engagements, la France fait la promotion à l’international d’un modèle agro-industriel à fortes externalités sociales, économiques et environnementales négatives

Alors que le consensus scientifique appelle à une nécessaire et urgente transformation des systèmes alimentaires pour s’attaquer aux causes profondes de la faim, la France ne doit pas faire fausse route. Il n’est plus possible de soutenir en parallèle ces deux modèles agricoles, agriculture industrielle d’un côté et agroécologie de l’autre. Ils sont aux antipodes l’un de l'autre et ne sont en aucun cas complémentaires.

Le CCFD Terre solidaire, Oxfam et Action contre la faim ont donc décidé de comparer la réalité des soutiens financiers agricoles français avec les engagements politiques pris sur le sujet. Les résultats de l’étude sont édifiants. Seuls 13,3% des soutiens financiers français engagés entre 2009 et 2018 à destination des pays éligibles à l’APD ont réellement bénéficié à la transformation agroécologique.

Ce rapport est préfacé par Mariam SOW, secrétaire exécutive d’Enda Pronat, et par Michael Fakhri, rapporteur spécial du droit à l’alimentation.

Télécharger le rapport