I. Context

    1.1. Politique

Le Sénégal est l’un des pays les plus stables d’Afrique. Son président actuel, Macky Sall dirige le pays depuis mars 2012. Cependant, selon l’opposition politique, cette année est marquée, par un équilibre démocratique fragilisé, suite à des arrestations ou condamnations d’opposants politiques. Après la condamnation pour « détournement de deniers publics » de Khalifa Sall, député et maire de Dakar, figure de proue de l’opposition emprisonné depuis le 7 mars 2017, c’est au tour du maire Barthélémy Dias d’être condamné pour « outrage à magistrat » du fait de sa vive contestation de ladite décision de justice.

Le climat politique a été encore plus tendu lorsque les candidats à la présidentielle au Sénégal ont été tenus d’obtenir le parrainage de 0,8% des citoyens inscrits au fichier électoral et répartis dans au moins 6 régions du pays. La loi sur le parrainage fut votée le 19 avril, dans un climat de tension aux abords de l’Assemblée nationale. Les leaders opposants n’ont pu cependant empêcher l’application de cette loi qui a écarté nombre d’entre eux de ce suffrage national. Ainsi, seuls 5 candidats ont pu se présenter aux élections présidentielles.

Parmi eux, le président Macky Sall, a proclamé, le 2 décembre 2018, lors de son discours d’investiture à la coalition au parti Benno Bokk Yaakaar, sa ferme intention de soutenir la transition agroécologique avec une vision sectorielle : « La quatrième initiative nationale, que je vais lancer, porte sur la transition agro-écologique que nous devons entreprendre pour sécuriser, je dirais même sanctuariser, l’alimentation des générations futures. Nos ressources forestières ont diminué de moitié en soixante ans. Chaque année, nous perdons 40.000 hectares de forêts... La reforestation et la gestion durable de nos forêts apparaissent dès lors comme une exigence nationale. Je leur consacrerai une haute priorité. »

Ainsi, le contexte politique sénégalais n’a jamais été aussi favorable pour le passage à l’échelle de la transition agroécologique. D’ailleurs, le Sénégal a été sélectionné comme pays pilote de l’initiation de passage à l’échelle supérieure de l’agroécologie, dans le cadre de la stratégie de coopération de la FAO avec le Sénégal.

Cependant, en dépit de ces facteurs favorables, la politique de développement agricole et rural reste orientée vers un modèle d’agro-industrialisation qui est basé sur les capitaux privés ; ce qui entraîne le transfert des terres des producteurs ruraux vers les entreprises agricoles et l’accroissement de la vulnérabilité des communautés paysannes. Or, depuis plusieurs décennies, ce modèle n’est pas parvenu à répondre aux multiples défis que le pays doit relever, notamment : (i) la réduction de la dépendance vis-à-vis des importations de denrées alimentaires ; (ii) l’intégration dans les stratégies de développement agricole des besoins d’adaptation et du potentiel d’atténuation des impacts du changement et de la variabilité climatique ; (iii) la préservation de la base des ressources naturelles ; et (vi) la fourniture d’une alimentation saine, nutritive et équilibrée pour l’ensemble de la population.