II. Synthèse des principaux résultats de 2016 à 2019

C’est dans cette situation sociale et économique difficile, dans laquelle on ressent de plus en plus une disparité des richesses, que nous avons poursuivi notre programme qui vise à renforcer la réappropriation de la gouvernance locale par les populations pour la reconquête de leur souveraineté alimentaire à partir d'une approche agro-écologique globale. Cette approche s’appuie sur un plaidoyer pour que l’Etat s’oriente enfin vers des politiques agricoles viables et durables.

La reconquête de la souveraineté alimentaire repose fortement sur les dynamiques locales engagées dans une optique d’un développement durable à l’échelle du terroir. Ce sont les habitants des terroirs (les communautés locales) qui ont le plus d’intérêt à gérer et développer les ressources locales et leurs potentialités pour satisfaire les besoins immédiats et ceux des générations futures alors qu’ils ne possèdent pas encore ou que partiellement ou de manière inéquitable le contrôle sur ces ressources. Et ce sont eux qui doivent être engagés au premier plan dans la recherche des solutions à la fois équitable et démocratique.

Cette approche terroir vise à ce que les communautés locales parviennent à changer les modes de gestion des ressources locales à travers notamment l’élaboration de politiques territoriales cohérentes et arrivent à les défendre au niveau local et national comme un projet de société. Cette gestion écologique et les principes de l’agroécologie en particulier devraient donc se traduire par le développement d’organisations sociales et d’économie durables pour améliorer le bien-être des sociétés paysannes. Tout cela, doit être accompagné par un plaidoyer politique porté à terme parles communautés de base, et en premier lieu par les organisations paysannes partenaires d’Enda Pronat.

De façon générale, depuis mars 2016, nous avons pu avancer avec les communautés de base au niveau principalement des objectifs qui concernent la réappropriation de la gouvernance locale et le plaidoyer pour influencer les politiques publiques et la promotion de l’agro écologie, notamment auprès des institutions de formation et du Ministère de l’Agriculture.

En effet, les activités de plaidoyer pour l’intégration de l’agroécologie dans les politiques agricoles ont commencé à porter leurs fruits, tant au niveau du discours du Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement Rural lors des deux dernières éditions des Journées de l’Agroécologie (2018 et 2020) que dans le document du nouveau Programme d’Investissement Agricole pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition (PNIASAN 2018-2025) auquel la société civile, en particulier Enda Pronat, a contribué dans le cadre du Groupe de Dialogue Social et Politique (GDSP). Mais le résultat le plus important du programme est que le Président de la République a, en 2019, intégré la transition agroécologique (TAE) dans le plan d’action prioritaire du PSE 2019-20232.

L’année 2019 a été particulièrement marquée par la mise en place, au niveau national et sous l’impulsion d’Enda Pronat, de la Dynamique pour la Transition Agroécologique au Sénégal (DyTAES) qui a produit, à partir de consultation menées dans les 6 zones écogéographiques du pays, un document de contribution politique sur la TAE qui a été remis au président de la République en janvier 2020 lors des Journées de l’agroécologie.