"Environnement Développement Action pour la Protection Naturelle des Terroirs"
54, Rue Carnot , Immeuble Cheikh Hamidou KANE Dakar , Plateau
(+221) 33 889 34 39
BP
3370

COPAGEN

Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain

PLAIDOYER EN FAVEUR DE LA PRESERVATION DES RESSOURCES GENETIQUES EN AFRIQUE DANS UN MONDE EN CRISE SANITAIRE

Un contexte controversé Depuis décembre 2019, notre monde a basculé dans une crise humanitaire effroyable et sans précédent. La crise sanitaire occasionnée par la pandémie du Coronavirus ou COVID-19continue d’endeuiller notre monde impuissant devant ses ravages.Détecté en Chine dans la localité de Wuhan où elle a fait ses premières victimes, cette crise est encore loin d’être maîtrisée et le monde redoute une autre vague consécutive au déconfinement.

Mais passé l’émotion des premières heures chaudes de cette crise, la rude et triste réalité s’impose aujourd’hui à notre humanité obligée d’apprendre à vivre avec cette maladie qui s’installe dans la durée, en attendant des réponses efficaces pour l’éradiquer complètement.

Il est vrai que pour le moment la situation est moins tragique en Afrique qu’ailleurs en dépit des projections terrifiantes provenant de certaines langues de mauvais augures. Toutefois, la menace reste toujours omniprésente car le tableau post-crise sanitaire n’est guère reluisant. En effet, selon les estimations de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), avec l’impact du COVID-19, le nombre de personnes en crise alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest pourrait passer de 17 à 50 millions entre juin et août 2020. Si ces estimations se vérifiaient, alors l’Afrique qui résiste tant bien que mal à la crise pandémique serait atteinte gravement par ses effets collatéraux pervers.

L’Afrique subit déjà des cascades de crises à répétitions et la crise alimentaire et nutritionnelle consécutive à la crise sanitaire sera de trop. C’est pourquoi il est urgent de prendre des décisions hardies pour éviter d’éventuelles catastrophes qui se profilent à l’horizon.

Rapport de l’étude analytique du système semencier du Burkina Faso

Programme relatif à la Transition vers une Agroécologie Paysanne au service de la Souveraineté Alimentaire (TAPSA)

Contexte et justification

En Afrique en général et en Afrique de l’Ouest en particulier, il existe deux principaux systèmes semenciers qui cohabitent : le système formel et le système informel. Le système semencier formel est animé par une chaîne d’acteurs qui interviennent à différents niveaux: en amont, nous avons les firmes semencières auxquelles sont parfois inféodées les instituts de recherche agronomique, puis on trouve les pouvoirs publics qui régulent le système ; en aval, au bout de la chaîne se trouvent, les agriculteurs utilisateurs. Le système informel est, quant à lui, quasi-exclusivement pris en charge par les paysans. En Afrique de l’Ouest, la majorité des semences utilisées (les estimations situent la proportion autour de 80 à 90%) sont produites par les paysans et distribuées selon le système dit in

Les pesticides dans l'agriculture, une véritable menace pour la vie des populations COPAGEN Abidjan, Juin 2020

INTRODUCTION

En dépit des efforts consentis au plan international pour sortir l’humanité de l’ornière de la faim, ce fléau a progressé, ces dernières années. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO, 2018), 821 millions de personnes souffriraient encore de la faim et de la malnutrition à travers le monde, la plupart en Afrique. L’espoir entretenu autour de l’objectif Faim Zéro en 2030 qui figure en bonne position des Objectifs de Développement Durable (ODD), est en train de s’éroder, de s’effilocher. Selon certaines estimations, pour nourrir les 2,3 milliards de bouches supplémentaires à l’horizon 2050, il faudra augmenter la production alimentaire de 70%1, d’où la nécessité de recourir à des options agricoles qui permettront de décupler les rendements sur de petites superficies. La rhétorique de la nécessité de l’augmentation de la production et de la productivité agricoles a donc justifié l’adoption en Afrique, de l’agriculture industrielle productiviste avec le soutien actif des politiques publiques.

Posez-nous vos questions

Pour nous joindre, nous poser vos questions, nous faire part de vos suggestions.
Vous trouverez ci-dessous notre formulaire qui vous permettra de nous contacter directement par Mail.
Votre Name *
Votre adresse Email *
Votre Objet
Votre numéro de contact *
Votre Message *

Veillez remplir les champ marqués par un *