"Environnement Développement Action pour la Protection Naturelle des Terroirs"
54, Rue Carnot , Immeuble Cheikh Hamidou KANE Dakar , Plateau
(+221) 33 889 34 39
BP
3370

La crise énergétique mondiale n’a pas épargné les exploitations familiales du Fleuve, des Niayes et de Koussanar. Eux aussi sont obligés de recourir à l’exhaure mécanique de l’eau à l’aide de pompes fonctionnant avec les énergies fossiles. Si ce n’est pas le cas, les agriculteurs utilisent la traction animale pour extraire l’eau des puits pour les besoins domestiques et l’abreuvement du bétail. Pour l’eau agricole, les coûts énergétiques peuvent représenter jusqu’à 60 % des charges (Niayes et Fleuve).
Ce constat a motivé des expérimentations dans les Niayes, dans la zone de Koussanar et dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal avec des groupes de recherche préoccupés par la problématique du coût de l’eau dans les exploitations agricoles.
Entre 2011 et 2012, Enda Pronat, en collaboration avec le CIFRES, a mené une expérimentation avec un groupe de producteurs de Mbawane (commune de Cayar, dans les Niayes) dans un champ d’application sur un système éolienne couplé à un pompage électrique et à une micro irrigation. Les résultats agronomiques et économiques ont montré que l’investissement (d’un montant d’environ 8 millions de Fcfa) peut être rentable sur le long terme (10 ans) et qu’associé à des pratiques agro écologiques, il peut améliorer considérablement et durablement les performances des exploitations familiales, en :
– réduisant de 95% le temps de travail consacré à l’exhaure manuelle de l’eau ;
– économisant la consommation d’eau qui est 3 fois inférieure à une irrigation avec les seaux ;
– améliorant les rendements de 20% en moyenne ;
– permettant d’exploiter une superficie au moins 3 fois plus grande qu’avec un système d’exhaure et d’irrigation manuel.
Avec un montant équivalent à celui de l’éolienne, entre 2013 et 2015, Enda Pronat a équipé 2 villages (Saré Boubou et Sinthiou Sadio Aliou) dans le département de Tambacounda, au Sénégal oriental, de pompages solaires multiservices installés sur des puits de plus de 50 mètres de profondeurs. Le système permet d’alimenter le village en eau potable, un abreuvoir pour les animaux et un jardin maraicher et arboricole des femmes.

La pompe solaire a permis de libérer du temps aux femmes, d’améliorer la productivité des jardins, et par la même occasion, la composition nutritionnelle des repas, ainsi que les revenus des femmes.

En 2017, Enda Pronat a poursuivi les expérimentations dans la zone de Guédé, dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal, avec l’installation de deux mini-forages dotés de pompes solaires immergées. L’une au sein d’une exploitation familiale et l’autre au niveau d’un périmètre géré par un groupement féminin (Médina Fresbé). Le mini-forage fait 30 mètres de profondeur, la pompe immergée est entre 22 et 25 mètres et bénéficie d’une lame d’eau d’environ 8 mètres. La pompe a coûté 2,8 millions HTVA (8 panneaux solaires et accessoires compris) et a un débit de 90 m3/Jour, ce qui permet d’irriguer potentiellement 2 hectares. Avec les économies de carburant réalisées grâce à cet investissement, en l’espace de 5 campagnes agricoles, l’exploitant pourra amortir cet investissement.
Les recherches se poursuivent, notamment en ce qui concerne l’accès des exploitations familiales à des investissement structurants, pour permettre à un maximum d’entre elles d’acquérir des systèmes d’exhaure et d’irrigation basés sur des énergies renouvelables.