"Environnement Développement Action pour la Protection Naturelle des Terroirs"
54, Rue Carnot , Immeuble Cheikh Hamidou KANE Dakar , Plateau
(+221) 33 889 34 39
BP
3370

Depuis sa naissance en 1982, Enda Pronat est partie, avec les communautés locales, des constats que les techniques de production agricole basées sur l’utilisation des intrants chimiques de synthèse ont fortement contribué à la dégradation de l’agriculture paysanne africaine et de l’environnement. Partant de cela, Enda Pronat s’est mise dans un processus de recherche-action avec la sensibilisation et la conscientisation des acteurs avant d’entamer des expérimentations sur des alternatives aux systèmes agricoles productivistes. Ce fut un processus participatif et inclusif impliquant toujours une diversité d’acteurs (paysan-ne-s, techniciens et chercheurs). A ce niveau, Enda Pronat a ciblé les zones où les intrants agro-chimiques ont été les plus utilisés et les dégradations par l’érosion hydrique plus accentuées : les Niayes, le Sénégal oriental, la vallée du fleuve Sénégal et le bassin arachidier.

Ainsi, Enda Pronat et les organisations paysannes encouragent, à travers l’expérimentation, l’adoption par les communautés rurales d’une approche basée sur des principes agroécologiques qui valorisent les savoirs et savoirs faire traditionnels et les renforce avec les connaissances scientifiques, l’éducation et la formation des jeunes sur la gestion durable des ressources naturelles, le développement d’unités de transformation pour améliorer les revenus des agriculteurs/trices et générer des emplois, la promotion du consommé local pour une alimentation saine et souveraine des populations.

Ce modèle de développement durable et intégré des sociétés rurales, pour une agriculture paysanne productive, rentable et respectueuse de la santé des êtres vivants et de l’environnement a été baptisé par les producteurs et les productrices en 1999 : Agriculture Saine et Durable (ASD).

Depuis les années 2000, Enda Pronat a également appuyé la structuration des espaces de dialogue au niveau national (ASPSP[1], RNFRS[2], FENAB[3], CRAFS[4], REVES[5], Plateforme AEB et tout récemment la DyTAES[6]) et sous régionales (COPAGEN[7], Alliance pour l’Agroécologie en Afrique de l’Ouest,…) pour promouvoir à tous les niveaux le concept de l’agroécologie.

La recherche-action menée par Enda Pronat et ses partenaires depuis 1986 a évolué progressivement d’une échelle limitée avec des individus (champs ou exploitations familiales) et des groupements de producteurs à des échelles plus globales impliquant des communautés : village, terroir et territoire (communautés rurales). Des outils comme le champ école paysan et l’approche village ont favorisé l’apprentissage en commun, la diffusion des résultats des expérimentations et leur mise en pratique.

La mise en œuvre des pratiques agroécologiques à l’échelle des exploitations familiales et des groupements est en train d’être renforcée et pérennisée par l’élaboration et la mise en œuvre, avec tous les autres acteurs des communautés (élu-e-s, enseignant-e-s, services techniques, etc.), de mécanismes et d’outils de gouvernance locale et durable des ressources naturelles. Ce processus prend de plus en plus forme dans 10 communes ciblées à travers la mise en place de cadres de concertations multi-acteurs, de conventions locales de gestion des ressources naturelles. Il a mobilisé jusqu’en 2019 plus de 80 villages, constituant ainsi une première étape de mise à l’échelle de la transition agroécologique.

Parmi les résultats phares récents, on peut citer l’engagement des autorités locales dans les zones d’ancrage de Enda Pronat et l’émergence du Réseau d’une trentaine de communes et villes vertes du Sénégal (REVES) qui a pour objectif de contribuer au développement de politiques territoriales fondées sur les principes de l’agroécologie surtout en terme de bonne gouvernance des ressources naturelles.

A travers son réseau d’alliances, Enda Pronat conduit une stratégie de capitalisation, de valorisation et de mise en commun des résultats des expérimentations locales afin de nourrir le plaidoyer visant l’intégration de l’agroécologie dans les politiques nationales. C’est dans ce sens, que Enda Pronat a participé à la réalisation de plusieurs études nationales et sous-régionales sur les effets, freins et leviers de l’agroécologie en consortium avec des ONG françaises (GRET, AVSF, CARI, Agrisud International) et des universités (UCAD et Agroparitech)[8]. Depuis mai 2019, Enda Pronat participe également à une étude avec la FAO et l’Institut Sénégalais de Recherche Agricole (ISRA) sur les potentialités de l’agroécologie pour faire face au changement climatique dans le cadre de l’initiative scaling-up (le Sénégal a été choisi comme projet pilote de cette initiative de mise à l’échelle de la transition agroécologique).

Enda Pronat a partagé les conclusions de ces études durant les 3 éditions des Journées de l’Agroécologie qu’elle a co-organisé au Sénégal (2016, 2018 et 2020) avec plus de 200 participant-e-s venant de plusieurs pays de la sous-région ouest africaine (société civile, scientifiques, décideurs, privés). Ces journées ont permis de renforcer le dialogue politique entre tous ces acteurs, en particulier la société civile et le Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural qui, en février 2018, a reconnu publiquement la capacité de l’agroécologie à répondre aux défis de la sécurité alimentaire[9].

Enda Pronat a également contribué à l’intégration de l’agroécologie dans le Plan National d’Investissement Agricole (PNIASAN) à travers sa participation au processus d’élaboration via le Groupe de Dialogue Social et Politique (GDSP).

En dépit de ces avancées et du fait que le président Macky Sall ait inscrit la Transition Agroécologie dans le Plan d’Action Prioritaire 2019-2023 du Plan Sénégal Emergent[10], il reste encore un important travail de plaidoyer et de dialogue politique à mener avec les décideurs pour que l’agroécologie soit réellement intégrée et mise en œuvre dans tous les politiques et programmes nationaux.

C’est dans cet optique, qu’en mai 2019, Enda Pronat a initié la mise en place d’une Dynamique pour une Transition Agroécologique au Sénégal (DyTAES) qui regroupe les principales coalitions nationales engagées dans l’agroécologie, ainsi que d’autres acteurs de la société civile (faîtières paysannes, institutions de recherche, associations de consommateurs,…) en vue de d’accompagner l’Etat dans la mise en œuvre d’un modèle agricole durable.

Cette diversité d’acteurs a mis en commun ses connaissances et mené des consultations auprès de plus d’un millier de personnes dans les 6 zones éco-géographiques du pays pour co-construire un document de contribution politique[11]. Dans ce document sont présentés 15 principaux défis du secteur agricole sénégalais et des recommandations politiques en faveur de la TAE.

De ces recommandations, la DyTAES en retient trois immédiates :

  • Mettre en place un cadre national de dialogue regroupant tous les acteurs pour la TAE ;
  • Encourager et appuyer financièrement des expérimentations impliquant la mise en œuvre de changements coordonnés et simultanés dans plusieurs secteurs d’activités (éducation, agriculture, alimentation, énergie, habitat, forêt…) à l’échelle de communes ou départements pour mettre en œuvre un plan territorial ;
  • Identifier des priorités pouvant avoir un effet de levier pour la TAE et les valoriser dans les expérimentations.

Ce document de contribution a été remis au représentant du Président lors de la 3eme édition des Journées de l’agroécologie[12]qui s’est tenue en janvier 2020 en présence en présence de 1500 participant-e-s provenant du Sénégal, mais aussi de la sous-région et de l’international.

Ce document et ses recommandations, constituent le premier pas d’un long cheminement avec l’Etat, dans le cadre d’un dialogue politique multi-acteurs auquel la DyTAES continue d’appeler afin de créer un sursaut national décisif pour une transiti

[1] Association pour la Protection des Semences Paysannes (ASPSP)

[2] Réseau National des Femmes Rurales du Sénégal (RNFRS)

[3] Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FENAB) 

[4] Cadre de Réflexion et d’Action sur le Foncier au Sénégal (CRAFS)

[5] Réseau des communes et villes Vertes du Sénégal (REVES)

[6] Dynamique pour la Transition Agroécologique au Sénégal (DyTAES)

[7] Coalition pour la protection du patrimoine génétique ouest africain (COPAGEN)

[8] http://www.endapronat.org/wp-content/uploads/2018/10/Etude_agroécologie.pdf http://www.endapronat.org/wp-content/uploads/2018/10/calao-2018-web-pages.pdf

[9] http://www.endapronat.org/annuaire-professionnel/1963/resume-des-journees-de-lagroecologie-2018/

[10] https://www.sentresor.org/publication/plan-senegal-emergent-plan-dactions-prioritaires-2019-2023/

[11] https://www.endapronat.org/wp-content/uploads/2020/05/Contribution-aux-politiques-nationales-pour-une-TAE-au-Sénégal-_-DyTAES-_-Avril-2020.pdf

[12] https://www.pfongue.org/3eme-edition-des-Journees-de-l-Agroecologie.html