"Environnement Développement Action pour la Protection Naturelle des Terroirs"
54, Rue Carnot , Immeuble Cheikh Hamidou KANE Dakar , Plateau
(+221) 33 889 34 39
Lun-Sam: 07:30 - 17:00

Gouvernance locale

- 10 000 personnes (producteurs/trices, élu-e-s, autorités locales, des communes situées dans Niayes, bassin arachidier et au Sénégal oriental) sensibilisées sur les enjeux de la réforme foncière ;

-   539 animateurs et élu-e-s formés sur les procédures de régularisation foncière ;

- 2899 demandes de régularisation de parcelles agricoles déposées par les producteurs/trices sensibilisés auprès de 4 mairies, soit 26% des personnes sensibilisées.

- 544 titres de régularisation foncière délivrés par 3 mairies (Keur Moussa, Diender, Tattaguine), soit 36% des demandes déposées, pour une superficie estimée à 820 ha.

- 187 villages impliqués dans la mise en place de mécanismes de gouvernance des ressources naturelles dans 6 communes (Keur Moussa, Diouroup, Tattaguine, Koussanar, Ndoga Babacar, Guédé Village) à travers notamment 4 conventions locales portées par 63 comités villageois.

Reverdissement

- 1132 producteurs/trices formé-e-s ont mis 1654 hectares en RNA dans les communes de Diouroup, Tattaguine, Diarrère, Koussanar et Ndoga Babacar.

- à Diouroup, après 2 à 3 ans de protection, les populations commencent à voir les effets de la RNA. Dans les bandes en RNA on enregistre 13 espèces (Nguer qui contribue à la fertilisation des sols) contre 7 dans les champs sans RNA.

Education environnementale

5527 élèves sensibilisés à Diouroup et Guédé, dont 77,6% participent au tri des déchets dans leurs familles ; 71,8% appuient leurs parents dans le compostage des déchets ménagers et 84,1% participents aux activités de reboisement au niveau des villages (Diouroup, 2019)

Lutte contre l’accaparemment des terres et pour la sécurisation foncière des exploitations familiales

- 3 victoires judiciaires en faveur des droits fonciers des populations locales, dont l’une sur 10 000 ha de terres agricoles (Dodele)

- une société civile bien organisée au sein du CRAFS, devenue incontournable sur la question foncière au niveau national (Cf. document de proposition sur la réforme foncière, codification des propositions en projet de loi et policy brief).

Plaidoyer pour l’intégration de l’agroécologie dans les politiques

- une société civile unie au sein de la DyTAES, devenue incontournable sur la Transition Agroécologique (Cf. document de contribution politique sur la TAE) ;

- un plaidoyer réussi en faveur de l’Agroécologie qui est intégrée dans le Programme National d’Investissement Agricole et le Plan Sénégal Emergent 2019-2024 ;

- de solides alliances au niveau sous-régional à travers la 3AO, la COPAGEN et la Convergence qui porte le plaidoyer auprès de la CEDEAO et de l’UMEOA (règlement sur la biosécurité, livret Vert,…).

Engagement des producteurs/trices dans la transition agroécologique

- Evolution de 385 producteurs engagés et accompagnés par Enda Pronat dans la TAE sur 800 ha en 2016 à 1447 producteurs/trices en 2019 sur 3022 ha (parmi eux, 692 producteurs/trices suivis)

- Des exploitations agroécologiques « modèles » qui émergent progressivement ;

- 60% des exploitations accompagnées dans la zone de Koussanar sont à un niveau de TAE très avancé selon les critères de la FAO

Soutien des producteurs en matériels, intrants et aménagements hydroagricoles

- 38 caisses autogérées mises en place (Koussanar, Ndoga, Diouroup, Tattaguine, Diarrère et Keur Moussa) qui gèrent environ 40 millions de Fcfa utilisés pour faciliter l’accès des producteurs/trices aux intrants et matériel agricoles ;

- 2 pompages solaires, 1 pont barrage réhabilité et 46 hectares d’aménagement hydro-agricole à Guédé au profit de 520 familles.

Formation des jeunes

- La mise en place d’une licence profesionnelle en Agriculture Ecologique et Biologique et 90 étudiants et étudiantes formés en 3 ans ;

- 5 jeunes maraichers formés et installés à Diouroup avec des systèmes de pompages solaires.

Amélioration des rendements

Une augmentation des rendements agricoles chez 57% des 307 exploitations familiales accompagnés à Keur Moussa (entre 5 et 20%) ; chez les 18 suivies à Koussanar (+20% pour le mil et +26% pour l’arachide) ; chez 200 ménages accompagnés depuis 4 ans à Diouroup (+17% mil et 19% niébé) et chez les 87 femmes du GPF de Madina Fresbé à Guédé (rdt oignon multiplié par 3).

Amélioration de l’alimentation

Une diversification de l’alimentation des familles grâce à l’implantation d’arbres fruitiers et à la diversification des variétés de légumes dans les jardins maraîchers dans les zones de Keur Moussa, Guédé et Diouroup et au développement de la pêche dans la zone de Lérabé.

Valorisation des produits sains

  • une voute nubienne en cours d’expérimentation à Diender pour réduire les pertes post-récoltes ;
  • une coopérative agricole qui a généré 178 millions de Fcfa de chiffre d’affaire grâce à la vente de fruits, légumes et produits transformés sains au profit de 400 exploitations familiales
  • près de 500 tonnes de légumes issus de l’agriculture saine et durable des Niayes, commercialisés avec un prix rémunérateur.

Amélioration des revenus

Entre 30 et 50% des producteurs/trices accompagné-e-s font état de changement positif de leurs revenus dans les 4 zones.