Une trentaine de maires sont entrain de mettre en pratique l’agroécologie dans leurs communes en luttant contre l’introduction d’OGM et la réduction de l’utilisation des pesticides chimiques, en mettant en défens des forêts, en œuvrant pour la régénération des pâturages, en promouvant les énergies renouvelables pour favoriser l’accès des producteurs/trices à l’eau d’irrigation, etc. Ils se sont rassemblés au sein du REVES qui a tenu son assemblée constitutive à Ndiob, le 16 janvier 2017.

En 2018, le REVES a également co-organisé avec Enda Pronat, la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FENAB) et l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) la 2ème édition des journées de l’agroécologie les 5 et 6 février 2018 à la Place du Souvenir Africain à Dakar. Ces journées ont été clôturées par la «Nuit de l’Agroécologie» au Théâtre Daniel Sorano, avec une retransmission en direct des débats à la 2STV

1. Ndiob, à la tête du REVES

Le maire de la commune de Ndiob assure la présidence du REVES.

La commune de Ndiob est chef-lieu d’Arrondissement du même nom dans le Département de Fatick, Région de Fatick. Elle couvre une superficie de127 km² englobant 18 villages et 19 028 habitants.

Le conseil municipal actuel de Ndiob a été installé en Juin 2014 suite aux dernières élections municipales du Sénégal. Dès son installation le conseil municipal a défini officiellement et adopté sa vision de développement économique et sociale «Faire de Ndiob une commune verte, résiliente à travers un processus de développement économique et social endogène, inclusif et respectueux des droits des personnes vulnérables.»

Pour mettre en œuvre sa vision, en 2017 la commue a sollicité l’appui de ENDA-PRONAT qui l’a accompagné dans la réalisation d’un diagnostic participatif du terroir, notamment l’état de dégradation des RN et recueillir l’avis des populations (plus d’un millier de personnes dont 50% de femmes) par rapport aux actions à envisager pour régler les problèmes constatés.

Une évaluation des systèmes de production a été menée dans le but d’aboutir à l’élaboration d’un modèle de développement agricole compris et accepté par les populations. En réponse à la problématique majeure de dégradation de leur environnement, les populations ont préconisé plusieurs actions comme la mise en place d’une convention locale de gestion durable des ressources naturelles, des activités de renforcement de capacités et des appuis en matériel et intrants agricoles (semences, matière organique) pour accompagner la transition agro écologique.

Pour faciliter la mise en œuvre de ces actions,le conseil municipal de Ndiob principal animateur du dispositif a mis en place le Collectif des Amis et Partenaires de la Commune de Ndiob (CAP COMMUN). Les premiers résultats du programme de Transition Agroécologique sont déclinés dans le rapport de l’atelier bilan du quinquennat du conseil municipal.