"Environnement Développement Action pour la Protection Naturelle des Terroirs"
54, Rue Carnot , Immeuble Cheikh Hamidou KANE Dakar , Plateau
(+221) 33 889 34 39
BP
3370
14 Sep 2022

Prolongation de l’appel à proposition de projets de recherche-ASADAO

L’ONG « Environnement Développement Action pour la protection naturelle des terroirs » (ENDA PRONAT) coordonne une initiative de recherche sur les trade-offs associés à l’agroécologie dans les systèmes alimentaires en Afrique francophone de l’Ouest (ASADAO). 

Elle y travaille en consortium avec le Centre d’Études de Documentation et de Recherche Économiques et Sociales (CEDRES) au Burkina Faso et l’Institut de Recherche et de Promotion des Alternatives en Développement (IRPAD) au Mali, avec le co-financement du Centre canadien de Recherches pour le Développement International (CRDI) et Agropolis Fondation à Montpellier.

Cette initiative prolonge un appel à propositions de projets de recherche menés conjointement par des réseaux de chercheurs et d’acteurs de développement d’institutions ouest-Africaines et des chercheurs du réseau d’Agropolis Fondation (Labex Agro).

Pour de plus amples informations sur l’appel à proposition, veuillez cliquer ici : les Tdrs de l’Appel et Annexe Budget 

Date limite de soumission des propositions : 31 octobre 2022 à 23h59, TU

Dans le cadre du présent appel nous souhaitons faciliter les liens entre les équipes et les idées de projets des équipes ouest-africaines et montpelliéraines. Pour cela, nous avons mis en place un document drive que nous vous invitons à compléter et à partager si vous souhaitez contribuer à cet appel : 

https://docs.google.com/document/d/1DvU1HmBf6PXKFI8mr1xraDPdb7Jj_ChM/edit?usp=sharing&ouid=113412884316850795268&rtpof=true&sd=true

Nous demandons aux équipes intéressées d’envoyer le plutôt possible un mail de manifestation d’intérêt confirmant qu’elles comptent répondre à l’appel ASADAO à l’adresse suivant : pronat@endatiersmonde.org »

 

07 Juil 2022

Note d’interpellation à l’Etat du Sénégal pour ouvrir un débat populaire autour de la nouvelle loi sur la biosécurité

La société civile sénégalaise regrette que le processus d’élaboration de cette nouvelle loi sur la biosécurité ouvre la porte aux OGM au Sénégal n’ait pas fait l’objet d’un vrai processus inclusif et participatif avec les différents segments de la société et en particuliers les agriculteurs et une diversité de représentants de la société civile.

Lire la note

27 Mai 2022

Enda Pronat à la COP 15

Quatre membres de l’équipe d’Enda Pronat ont fait le voyage pour partager l’expérience d’Enda Pronat et de la DyTAES sur la transition agroécologique et participer aux différentes sessions de dialogue à la COP 15 sur la lutte contre la désertification

La quinzième session de la Conférence des Parties (COP15) de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) s’est déroulée à Abidjan, en Côte d’Ivoire, du 9 au 20 mai 2022. Elle a rassemblé des dirigeants de gouvernements, des représentants du secteur privé, de la société civile, … issus de 197 pays, dont le Sénégal.

La promotion de l’agroécologie était un des principaux mots d’ordre de cette COP.

Enda Pronat a ainsi participé à un premier side event sur Agroécologie et évaluation des performances des systèmes agroécologiques, organisé par le Cari, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et le Comité Scientifique Français de la Désertification (CSFD). A cette occasion, nous avons partagé aux côtés du Cirad notre expérience sur les méthodes d’évaluation des systèmes agroécologiques et de la collaboration entre les communautés, la recherche et la société civile dans la promotion de l’agroécologie, notamment à travers les projets de recherche-action développement tels que Desira FAIRS, Avaclim ou Costea.

Lors d’un second side event sur Community Initiatives to Disseminate Agroforestry and Agroecology organisé par notre partenaire Both Ends, nous avons pu témoigner de notre démarche d’accompagnement des communautés sur le reverdissement des agroécosystèmes par la régénération naturelle assistée (RNA), ainsi que les actions conjointes pour limiter la déforestation, telles que la distribution de foyers amélioré, l’élaboration participative de conventions locales de gestion des ressources agroforestières, la mise en place et l’équipement de comités de veille, etc.

Enda Pronat a également été conviée à la première édition du forum des jeunes sur l’agroécologie paysanne, organisé du 13 au 15 Mai à Yamassoukro en marge de la COP15. Nous y avons exposé l’expérience d’Enda Pronat sur l’agroécologie et présenté la Dynamique pour une Transition Agroécologique au Sénégal (DyTAES), aux côtés d’autres organisations telles que nos partenaires JVE Sénégal et Enda Energie, auprès d’une centaine de jeunes venus de toute la Côte d’Ivoire.

Enfin, nous avons eu l’honneur de représenter l’ensemble des membres de la société civile africaine lors de la session de dialogue ouvert sur l’agroécologie, pour lire la déclaration de l’Afrique par un membre de l’équipe d’Enda Pronat. A travers cette présentation, la pertinence de l’agroécologie dans le contexte actuel a été démontrée, et une douzaine de recommandations ont été exposées pour mener à bien la transition agroécologique.

Voir l’intervention ici : https://www.youtube.com/watch?v=Vlmd87peuQk

Lors de la déclaration finale des organisations de la société civile à la COP 15 de la CNULCD, l’oratrice a noté que le travail de l’Interface science-politique[1] pour le prochain triennal ne mentionne pas explicitement les approches agroécologiques et les pratiques régénératrices, et a souligné l’importance des pratiques agroécologiques pour des millions d’agriculteurs et agricultrices et de communautés indigènes, pour nourrir le monde. Elle a ainsi demandé de les soutenir notamment à travers des mécanismes de financement pour appuyer le développement des connaissances et des pratiques des utilisateurs et utilisatrices de la terre en collaboration avec les scientifiques et les organisations de la société civile afin d’améliorer et d’étendre ces approches.

Enda Pronat s’associant pleinement à cette déclaration, compte intensifier sa méthodologie de recherche-action développement collaborative avec les communautés, la recherche et la société civile pour la production d’évidences et mieux confirmer la pertinence de l’agroécologie afin de faciliter sa mise à l’échelle, notamment avec le soutien des décideurs politiques.

[1] L’interface science-politique(SPI) de la Convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Désertification (CNULCD) a été créé en 2013 pour promouvoir le dialogue entre les scientifiques et les décideurs politiques sur la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse (DDTS). Le SPI travaille pour fournir des informations, des connaissances et des conseils scientifiquement établis et politiquement pertinents pour élaborer des politiques et des mesures qui assurent l’entretien et la mise en valeur des ressources foncières et des services écosystémiques qui en découlent.

 

11 Avr 2022

Appel d’Offre acquisition et installation de station de pompage solaire.

Dans le cadre du projet « Construire un partenariat multi-acteur pour la mise à l’échelle de la transition agroécologique au Sénégal » P4402 financé par Weltfriedensdienst e.V. (Wfd e.V.) et le ministère allemand de développement et de coopération économique (BMZ), Enda Pronat doit acquérir un système de pompage solaire photovoltaïque au profit des populations du village de Lérabé, situé dans la commune de Guédé Village (Dep. de Podor), pour faciliter l’irrigation de leur Périmètre Irrigué Villageois (PIV).

Les fournisseurs intéressés peuvent obtenir les termes de référence de l’appel à l’adresse suivante, tous les jours ouvrables, de 09 h à 17 h : Enda Pronat, 54, rue Carnot – Dakar ou par mail à : pronat@endatiersmonde.org mettre en copie ardo.sow@endapronat.org  -Tel : 33 889 34 39 ou 77 628 67 98

En savoir plus sur les détails de l’Appel, cliquez sur le lien suivant: Appel d’offre

Les offres sont à retourner au plus tard le 19 avril 2022.

21 Fév 2022

Caravane DyTAES 2022 : Les éleveurs réclament des mécanismes plus ambitieux et durables

La zone sylvo pastorale a accueilli la quatrième étape de la caravane de la Dynamique nationale pour une transition agroécologique au Sénégal (DyTAES) du 15 au 16 février 2022 à Linguère. Présidée par le Préfet du Département de Linguère, cette étape a été une opportunité pour les éleveurs de formuler des recommandations pour une prise en compte de leurs préoccupations dans le dialogue politique national porté par la DyTAES. Selon Malick SOW, Secrétaire général de FAPAL (Fédération des agropasteurs de la région de louga), « Le pastoralisme est souvent le parent pauvre des politiques, l’élevage est le secteur qui subit le plus l’accentuation du phénomène du changement climatique. Il est donc nécessaire de renforcer la résilience des éleveurs en instaurant des mécanismes de gouvernance plus ambitieux et durables. »

Après la première journée consacrée au lancement et aux travaux de groupes, des visites de terrain ont été organisées à Barkédji et à Widou Thingoli. Elles ont permis de découvrir des initiatives agroécologiques développées dans ces deux zones. A Barkédji ces initiatives sont portées surtout par des femmes. Par exemples, on peut citer :

  • Le périmètre maraicher des femmes de Diabal, une parcelle de 0.5 ha exploitée par 50 productrices qui y cultivent l’oseille, le gombo, l’aubergine, le poivron et les plantes aromatiques. Ces cultures sont destinées principalement à l’autoconsommation pour contribuer à la sécurité alimentaire des ménages mais elles permettent également aux femmes de tirer quelques revenus pour gérer leurs dépenses quotidiennes.
  • La ferme de Awa Alassane Sow nommée la reine du nema (Maralfalfa), est un champs Ecole paysan qui montre une méthode alternative pour faire vivre son troupeau. Elle promeut la stabulation de la race locale et de la race guzerat (race brésilienne) pour la production laitière et de la viande. Cette technique permet aussi de produire de la matière organique pour le micro jardin qui produit des légumes bio et du fourrage (Panicum). La ferme est devenue un champs pilote ou il y a eu beaucoup de visites d’échanges avec d’autres acteurs.

Cette initiative a permis de tirer beaucoup de profit, avec la culture fourragère, elle a noté une diminution considérable des charges d’alimentation du bétail à hauteur de 60%. C’est aussi un moyen de fixer les éleveurs dans leur localité. Aujourd’hui, le champs école fournit des boutures pour la vulgarisation de la culture du fourrage dans la zone et un peu partout dans la région de Matam. Et au cours de l’année 2021 la vente des boutures de Panicum a permis à la reine de nema d’enregistrer des revenus s’élevant à 1 200 000FCFA (Un Million Deux cent Mille Franc CFA) ce qui lui a permis d’acheter de nouvelles vaches pour augmenter son troupeau.

Si les femmes à Barkédji arrivent à intégrer l’agriculture dans l’élevage, à Widou Thingoli, les éleveurs souffrent pour trouver du pâturage et de l’eau. Ils sont obligés de parcourir de longues distances pour sauver le bétail.

Bref, l’étape de Louga était très riche par sa particularité. Pendant deux jours, les échanges ont porté essentiellement sur les questions pastorales. Elle a été clôturée par un focus group sur une potentielle mise en place d’une dynamique locale de transition agroécologue (DyTAEL) dans la zone

11 Jan 2022

Sénégal : pour sauver le bassin arachidier

Sénégal : pour sauver le bassin arachidier, 20 septembre 2021

Au Sénégal, les sols meurent, l’eau manque et le changement climatique rend l’avenir de plus en plus incertain. Pour récupérer le bassin arachidier, des paysans se sont engagés dans une révolution agro-écologique. Un reportage réalisé par Hazel Healy est une  co-èditrice au journal New Internationalist.

05 Oct 2021

Enda Pronat et le réseau Enda Tiers Monde au cœur de la semaine mondiale d’action pour les objectifs de développement durable

Alors que la semaine mondiale d’action pour les objectifs de développement durable se tient pour la 5e année consécutive, le réseau international Enda Tiers Monde et ses membres, dont Enda Pronat, se sont mobilisés pour apporter leur contribution à travers des actions concrètes sur le terrain, auprès des communautés.
La Semaine mondiale d’action #Act4SDGs a pour objectif d’encourager l’action collective et de mobiliser l’ensemble des parties prenantes pour conduire au changement et rappeler aux chefs d’États que les citoyens du monde entier sont engagés pour accélérer l’atteinte des ODD. Cette année s’est tenue la 5e édition de cette mobilisation internationale, du 17 au 28 septembre, durant la semaine de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations unies.
Présent dans trois continents (Afrique, Asie, Amérique Latine) le réseau ENDA Tiers Monde développe ses activités dans une dynamique transformatrice en parfaite symbiose avec les objectifs de développement durable. C’est à ce titre qu’ENDA Tiers Monde, en collaboration avec ses différentes entités à travers le monde et son partenaire technique et financier qu’est l’Union Européenne, s’est joint aux actions de mise en œuvre de l’Agenda 2030 et des ODD au cours de la semaine du 17 au 28 septembre 2021.
Enda Pronat est l’une des entités du réseau Enda Tiers Monde. Depuis sa création, l’organisation œuvre pour un changement de comportements en faveur de la transition agroécologique. Une analyse détaillée de l’ensemble des interventions menées dans ce sens ont permis de voir que l’organisation contribue à l’atteinte de 16 des 17 ODD. En effet, Enda Pronat travaille directement sur six ODD (2, 5, 11, 12, 13, 15 et 17), et indirectement sur 9 ODD (1, 3, 4, 6, 7, 8, 9, 10, et 16). Seul l’ODD 14 sur la vie aquatique n’est absolument pas concerné par les interventions d’Enda Pronat.


Enda Pronat a activement participé à la semaine d’action #Act4SDGs aux côtés des autres entités du réseau Enda Tiers Monde, à travers la capitalisation et la diffusion sur ses différents canaux de communication d’un certain nombre d’activités organisées dans ses différentes zones d’ancrage :
• Un pompage solaire a été installé au niveau du jardin des femmes de Guédé Village, accompagnées par Enda Pronat dans la recherche action en agroécologie depuis sa création en 2002.
• Une formation sur la gestion participative et inclusive des ressources naturelles, et particulièrement sur les textes et lois fonciers et forestiers, a été organisée auprès des 26 comités villageois paritaires de gestion des ressources naturelles de la Commune de Ndiob.
• Une rencontre de la Dynamique pour une transition agroécologique de la zone de Tambacounda (DyTAEL Tambacounda) a été organisée les 15 et 16 septembre avec une cinquantaine de participant-e-s d’organisations paysannes, des élus, des chercheurs, des ONG dont Enda Pronat, et des services techniques.
• Une journée de distribution d’équipements a été organisée à destination des 120 veilleurs des comités villageois de la convention locale de gestion des ressources naturelles de la commune de Diouroup, en présence des autorités locales et de partenaires de la zone.
• Des échanges et renforcements de capacités sur la participation des femmes à la gouvernance locale, notamment la participation des femmes aux élections locales de 2022, ont été organisés à Agnam Tonguel et Medina Fresbe dans la commune de Guédé Village.
• Une formation sur les co-responsabilités (rôles et responsabilités des hommes et des femmes relativement à la prise de décision, au travail domestique, productif et communautaire, et à l’accès aux ressources et aux instances de décision) a été organisée à Guédé Chantier auprès des représentant.e.s des animateurs, leaders et couples de générations et de situations différentes issus des villages de Guédé Village, Guédé Chantier, Lérabé et Médina Fresbé.
• La remise d’un document d’information sur les ODD traduit en langues locales, à l’intention des animateurs locaux de Koussanar et Ndoga Babacar.
• Des émissions sur l’agenda transformateur et les ODD en relations avec les actions locales ont été organisées avec les radios locales Koussanar FM, la voix de la nature 106.2 de Ndiob, Pout FM 92.3 (Keur Moussa), Ngatamaré FM de Ndioum et Def leng Fatick.
Ces différentes actions ont contribué à l’atteinte de dix ODD (1, 2, 5, 6, 7, 12, 13, 15, 16 et 17).

21 Sep 2021

Mise à l’échelle de l’agroécologie dans la région de Tambacounda

La Dynamique pour une transition agroécologique de la zone de Tambacounda continue son chemin. Un atelier et des visites de terrain ont été organisés les 15 et 16 septembre à Tambacounda avec une cinquantaine d’acteurs.

  Une rencontre de la DyTAEL Tambacounda organisée les 15 et 16 septembre a réuni une cinquantaine de participant-e-s d’organisations paysannes telles que le CNCR, Yakaar Niani Wulli, APROVAG et la FNPC ; des élus de communes des départements de Tambacounda et de Goudiry ; des chercheurs de l’Institut Sénégalais de Recherche Agricole (ISRA) ; des ONG comme Am Be Koun, Caritas Sénégal et Enda Pronat ; et des services techniques comme le Centre d’Appui au Développement Local (CADL), l’Inspection Régionale des Eaux et Forêts de Tambacounda, l’Inspection de l’Education et de la Formation de Tambacounda.

Ces journées s’inscrivent dans la continuité de l’atelier de lancement de cette DyTAEL qui s’est tenu en mars 2021. Plus spécifiquement, elles visaient à favoriser le partage d’expériences en vue de renforcer les synergies entre acteurs pour aller vers une mise à l’échelle de la transition agroécologique au niveau du département.

Présidée par la Préfet de Tambacounda, la première journée a été consacré à des échanges sous forme d’atelier qui ont permis de faire le point sur les avancées de l’agroécologie au niveau local, national et international, notamment grâce au plaidoyer porté par la Dynamique nationale pour une transition agroécologique au Sénégal (DyTAES) et qui est alimenté par les résultats des initiatives locales. Au niveau local, les acteurs ont eu la satisfaction de constater que la plupart des activités de la feuille de route élaborée en mars par la DyTAEL de Tambacounda ont été réalisées.

Certaines de ces activités ont fait l’objet de présentation au cours de l’atelier. C’est le cas notamment de la méthodologie de l’évaluation d’initiatives agroécologiques élaborée dans le cadre du projet Avaclim par un consortium coordonné par le CARI en collaboration avec Enda Pronat, IRD et ISRA et mise en œuvre dans le village de Saré Boubou, commune de Koussanar.

D’autres présentations ont permis de partager les résultats d’activités réalisées par le CIRAD, l’ISRA et Enda Pronat au sein du projet Desira FAIRS, telles qu’une étude sur les arènes de collaboration dans la région et la mise en place de champs expérimentaux visant à intensifier les pratiques agroécologiques.

Cette rencontre fut l’occasion de réfléchir aux perspectives pour intensifier la communication de la DyTAEL. Il a notamment été proposé de mieux documenter les résultats des initiatives agroécologiques en cours dans la zone et d’établir des conventions avec les radios communautaires pour diffuser des messages de sensibilisation sur l’agroécologie.

La seconde journée a été consacrée à des visites de terrain d’un périmètre agroforestier d’un groupement de femmes accompagné par Am Be Koun dans la commune de Sinthiou Malème, d’un champ villageois accompagné par CARITAS dans la commune de Koussanar pour alimenter une banque céréalière, et de champs expérimentaux mis en place par ISRA et Enda Pronat dans la commune de Ndoga Babacar.

D’importantes rencontres sont prévues dans la zone d’ici la fin de l’année, notamment une rencontre sur l’agroforesterie organisée par Am Be Koun.

Ces journées d’échange entrent dans la mise en œuvre de la feuille de route de la DyTAES dont la mission est de promouvoir la transition agroécologique au Sénégal. C’est ce qui justifie son plan d’action fondé d’une part par des actions concrètes d’appui en termes de renforcement de la production agroécologique, de la gouvernance durable des ressources naturelles, de la promotion des produits sains locaux, d’autre part par le dialogue politique pour la prise en compte des préoccupations des acteurs de l’agroécologie dans les politiques publiques de développement surtout agricoles.

 

16 Avr 2021

Convergence Globale des luttes pour la terre et l’eau: Rencontre bisannuelle

La coordination de la Convergence Globale de Lutte pour la terre et l’eau en Afrique de l’Ouest s’est réunie du 1er au 3 avril 2021 pour faire le bilan des actions menées depuis 2019, et préparer la suite. Enda Pronat a pris part à cette rencontre.

C’est à Selingué, dans le Sud-Ouest du Mali, que les points focaux des plateformes nationales membres de la Convergence Globale de Lutte pour la terre et l’eau en Afrique de l’Ouest (CGLTE-OA) se sont réunis pendant 3 jours, pour la rencontre biannuelle de ce réseau d’organisations de la société civile ouest africaine.

La rencontre fut l’occasion de rappeler l’historique de la CGLTE-OA, dont la genèse remonte au Forum Social Africain à Dakar en 2014. L’idée s’est ensuite affinée en 2015 au Forum Social Mondial de Tunis, avant d’aboutir la même année à l’élaboration et à la validation d’un plan d’action lors d’une rencontre organisée au Centre international de formation en agroécologie paysanne de Nyéléni (CIFAN) au Mali. Cet événement fut le point de départ d’une véritable synergie d’actions sous régionales contre les accaparements des terres et de l’eau, baptisée Convergence des luttes pour la terre et l’eau ouest africaine (CGLTE OA), et structurée d’une commission de coordination régionale, d’une commission de communication, et de 14 plateformes nationales. Une analyse des forces et faiblesses de la convergence a été faites à travers des échanges entre les participants, notamment en lien avec son système organisationnel.

Des bilans ont été dressés concernant l’exécution du plan d’actions mis en œuvre lors de la dernière rencontre de la Convergence au Bénin en 2018, et les activités menées par les plateformes nationales. Des recommandations ont été formulées pour la suite des actions à mener en 2021, et un début de plan d’action 2022-2024 a été élaboré, divisé en six axes : 1) le renforcement de la convergence et des plateformes nationales, 2) le foncier, 3) la promotion de l’agroécologie paysanne, 4) la promotion des droits humains, 5) la promotion du genre, et 6) la communication.

Les participant-e-s ont également travaillé sur les préparatifs  de la 3e édition de la caravane sous régionale, activité phare de la CGLTE-AO, prévue du 28 octobre au 18 novembre 2021. Les deux caravanes précédentes ont chacune touchées environ 10 000 personnes et mobilisées 300 organisations, tout au long des pays traversés. La 3eme caravane devrait parcourir la Gambie comme pays de départ, puis le Sénégal, la Guinée Bissau, ensuite la Guinée, et enfin pour finir avec la Sierra Léone à Freetown.

Les Sénégalais ont prévu de se rendre très prochainement en Gambie, nouveaux arrivants dans la caravane, afin de bien préparer l’événement ensemble. Bien que certaines inquiétudes persistent, notamment en lien avec le contexte de pandémie, les membres de la CGLTE-OA restent confiants sur la tenue de l’événement.

Un « Document de plaidoyers communs pour une gouvernance foncière responsable inclusive et équitable en Afrique de l’Ouest sécurisant le droit des communautés dont les femmes et enfants » a été partagé et amendé par l’assemblée. Ce document devra être remis au Président en fonction de la CEDEAO, le Président de la République du Ghana, ainsi qu’aux différents chefs d’Etat de la CEDEAO.

Enfin, les participant-e-s ont échangé sur la mise en place d’un système d’alerte pour protéger les militants actifs de la CGLTE-AO ou autres activistes par des organisations de droits humains au niveau national, régional et international.

Prochaine étape : organisation d’un atelier au Burkina Faso au mois de mai 2021, pour mettre en place des mesures préventives de protection des personnes et des données, et réfléchir au format de système d’alerte le mieux adapté à la Convergence.