"Environnement Développement Action pour la Protection Naturelle des Terroirs"
54, Rue Carnot , Immeuble Cheikh Hamidou KANE Dakar , Plateau
(+221) 33 889 34 39
BP
3370
03 Mar 2021

Transition agroécologique au Sénégal oriental

Enda Pronat continue son accompagnement des exploitations familiales, villages et collectivités territoriales dans la transition agroécologique au niveau de la zone de Koussanar au Sénégal oriental, en facilitant l’adoption des pratiques agroécologiques et la mise en place de mécanismes de gestion durable des ressources naturelles.

 En dépit des contraintes imposées par les mesures sanitaires prises par le Gouvernement pour freiner la progression de la COVID-19, Enda Pronat a poursuivi son accompagnement en 2020, dans toutes ses zones d’ancrage. C’est le cas dans le département de Tambacounda, où Enda Pronat intervient principalement dans les communes de Koussanar et de Ndoga Babacar aux côtés des communautés locales engagées dans la transition agroécologique.

Cet accompagnement passe d’une part par un renforcement des exploitations familiales sur les pratiques agroécologiques et sur leurs capacités organisationnelles, notamment en matière de gestion de caisses villageoises qui leur facilite l’accès au matériel et intrants agricoles.

D’autre part, à travers la sensibilisation et l’accompagnement des collectivités territoriales et des villages dans la mise en place de mécanismes de gouvernance des ressources naturelles, en particulier de la forêt et du foncier.

Cet appui de Enda Pronat dans la zone a permis d’obtenir un certain nombre de résultats :

Des producteurs-trices engagé-e-s dans la transition agroécologique 

  • 163 exploitations familiales engagé
  • Amélioration des pratiques de fertilisation organique au niveau de 120 des 163 exploitations familiales accompagnées (soit 73,6 %) utilisent la matière organique et 65 d’entre elles (soit 39,9 %) pratiquent la RNA sur une superficie totale de114,25 ha.                                   

Dotation des exploitations agricoles familiales en équipements agricoles et renforcement du capital semencier 

  • Installation de 20 caisses autogérées villageoises (CAGV) pour gérer les appuis en matériel et intrants agricoles sous forme de crédit révolving
  • 48 semoirs et 02 houes Sine fournis 
  • 12,3 t de semences d’arachide et 1t de semences de niébé

Formation sur la Régénération Naturelle Assistée

Amélioration de la gouvernance des ressources foncières et forestières

  • 04 Ateliers communaux et 54 Ateliers villageois, impliquant 3069 personnes
  • Mise en place de 2 Comités Villageois Paritaires
  • Ouverture d’un pare feu sur 2,4 Km (une 1ere dans la commune) : 4 villages concernés 
  • Reboisement dans les écoles
  • 731 producteurs formés sur la régénération naturelle assistée (RNA) dans 48 villages.

   

Expérimentation de l’association maïs-niébé                                                 Caisse autogérée villageoise

Ce travail se fait en collaboration avec les autorités administratives et les services techniques locaux, en particulier celui des Eaux et Forêt. Ce fut notamment le cas dans le processus de sensibilisation et de formation sur la gouvernance forestière qui s’est mené dans toute la commune de Ndoga Babacar au cours de ces deux dernières années. Ce processus a conduit à la mise en place de Comités Villageois Paritaires pour renforcer la lutte contre la déforestation et soutenir le développement d’activités économiques alternatives.

Reboisement avec la participation du maire de Ndoga                                             Inauguration d’un pare-feu

En termes de perspectives, en 2021-2022, Enda Pronat va travailler en partenariat avec les institutions de recherche ISRA et CIRAD sur l’intensification agroécologique et la production d’évidences scientifiques pour enrichir le dialogue politique pour une mise à l’échelle de la Transition Agroécologique. Ce plaidoyer sera porté au niveau national par la Dynamique pour une Transition Agroécologique au Sénégal (DyTAES), et au niveau local par une coalition d’organisations de producteurs et d’ONG engagées en cours de structuration.

01 Mar 2021

Amélioration de l’accès à l’eau pour les paysans du Fouta

En 2020, Enda Pronat et son partenaire l’ONG CERAI, ont contribué à améliorer l’accès à l’eau productive pour plus de 150 personnes des communes de Guédé Village et Guédé Chantier, afin de mieux les accompagner dans la transition agroécologique.

Dans le cadre du projet « Renforcer la souveraineté alimentaire locale par un appui à l’agriculture familiale durable dans les communes de Guédé Village et Guédé Chantier à Podor » financé par la Coopération espagnole (AECID), sept (7) exploitations familiales et deux (2) groupements féminins de la zone ont vu leur système d’irrigation renforcé, soit environ 150 personnes qui ont bénéficié directement de ces installations.

Certains producteurs/trices ont été équipés de nouveaux bassins afin de réduire les énormes pertes d’eau liées à la vétusté des anciens bassins.

                 Photos d’un ancien bassin à gauche et du nouveau en cours de finition à droite

Maimouna, une productrice d’une exploitation familiale de 8 ares a pu bénéficier d’une installation de système d’irrigation semi californien avec pompe solaire immergée pouvant fournir 9m3 par jour. Ce système a permis de mettre à disposition des 18 membres de la famille de Maïmouna de l’eau pour l’irrigation et pour les besoins domestiques de toute la famille, mais aussi d’alléger le travail pénible des femmes. Ce système va permettre à la famille de mettre en valeur leur parcelle agricole en toute saison.

Le projet a également appuyé 44 femmes et 2 hommes du GPF de Guédé Chantier, qui exploitent un jardin de 1 ha. Ils ont pu bénéficier d’une installation de système d’irrigation californien avec une moto pompe thermique. Ce système a permis de mettre à disposition de ce groupement un système à bas coût hydraulique avec un temps d’irrigation record. Avec seulement 5 litres de carburant, toute la parcelle (1ha) est irriguée en moins de 4 heures.

                Photos de l’installation système d’irrigation californien à Guédé Chantier

Lors des consultations organisées par la Dynamique pour une Transition Agroécologique au Sénégal (DyTAES) en 2019 dans les six zones éco-géographiques du pays, l’accès à une eau productive de qualité et en quantité suffisante est la principale difficulté et l’enjeu le plus important, soulevé partout et par tous.

Ainsi, alors que la problématique de l’eau est présente partout à travers le pays, les communes de Guédé Village et Guédé Chantier ne manquent pas à l’appel. En effet, malgré le fleuve Sénégal qui borde ces communes et semble pouvoir leur fournir de l’eau en abondance, les producteurs et productrices manquent de moyens pour organiser l’irrigation au niveau de leurs parcelles agricoles.

C’est pourquoi Enda Pronat continue son travail d’accompagnement des communautés pour l’accès à cette ressource fondamentale, avec ses partenaires techniques et financiers.

Le projet va se poursuivre en 2021 avec l’équipement d’autres exploitations familiales et GPF, ainsi que des formations sur les pratiques agroécologiques pour aller vers des modes de production plus sains et durables dans le département de Podor.

09 Fév 2021

Des sensibilisations villageoises pour la transition agroecologique

Dans le cadre du projet d’« Amélioration de la sécurité alimentaire des populations notamment celles des femmes des villages d’Agnam, Medina Fresbé et Mboyo Diéri, à travers les systèmes de production et de consommation durable » en partenariat avec Solidaridad Internacional Andalucia (SIA) et financé par l’Agence Andalouse de Coopération Internationale pour le Développement (AACID), Enda Pronat appuie la réalisation de projections videos nocturnes pour sensibiliser l’ensemble des communautés sur les avantages de la production agro écologique, et recueillir leurs avis et suggestions des populations pour une bonne mise en œuvre des actions Enda Pronat dans la zone.
Le projet a démarré également des aménagements hydroagricoles de 3 ha dans 2 des villages et prévoit l’installation d’un château d’eau à Mboyo Diéri pour améliorer l’accès des populations à l’eau potable. Les populations, en particulier les femmes sont accompagnées dans la transition agroecologique à travers notamment le renforcement de leurs capacités de production et l’amélioration des systèmes d’irrigation. Des démonstrations dans des champs écoles paysans (CEP) sont prévues pour former les producteurs et productrices sur les techniques de fabrications des alternatives (compost liquide, Bekasi, biopesticides,…). Des séances de sensibilisation sur les bonnes pratiques nutritionnelles sont également en cours.
Bref, ce projet a pour objectif d’accompagner les populations, en particulier les femmes pour l’autosuffisance alimentaire et la création de richesses via les systèmes de production et de consommation durables.

27 Jan 2021

Une femme championne de la RNA

Dans le département de Fatick, plus précisément dans la commune de Tattaguine où intervient Enda Pronat, une femme s’est distinguée par son engagement et sa persévérance dans la sensibilisation de ses paires pour reverdir leur environnement. Aux yeux de la communauté, elle est devenue une championne et un modèle dans la pratique agroforestière appelée Régénération Naturelle Assistée (RNA).

Penda Ndong est native de Tattaguine Sérère. Mariée et mère de famille, sa situation conjugale n’a jamais été un frein à un engagement au sein de sa communauté. Elle est ainsi devenue animatrice communautaire pour Enda Pronat. En 2019 elle a pu sensibiliser 54 ménages qui ont régénéré 59,2 ha dans son propre village en développant la Régénération Naturelle Assistée (RNA) dans leur champ.

La RNA consiste à protéger et gérer les repousses naturelles que produisent les souches d’arbres et arbustes dans les champs. C’est une stratégie alternative agro forestière développée par Enda Pronat dans plusieurs de ses zones d’intervention, considérée à la fois comme une pratique agroécologique pour faire face à la baisse de la fertilité des sols, mais aussi comme une mesure d’accompagnement bien plus efficace que le reboisement pour améliorer la gestion des ressources forestières en luttant contre la forte régression de la densité et de la diversité végétale.

Penda Ndong s’est inscrite dans cette même dynamique en 2020 en intégrant 20 nouveaux ménages à pratiquer la RNA sur une superficie de 30 ha. Son dynamisme, son engagement et sa volonté de préserver l’environnement la poussent à assister ses collègues animateurs de la commune de Tattaguine pour une mise à l’échelle communale de la RNA. Afin de pérenniser ces acquis, elle a eu à animer des émissions au niveau des radios locales pour renforcer la sensibilisation des populations sur la contribution de la RNA dans les processus de restauration des écosystèmes naturels dégradés dans un contexte de changement climatique. Pour mieux assister les populations, Penda ne s’est pas fixée de limites. Elle a investi le terrain politique pour accéder aux instances de prise de décision locale. C’est ainsi qu’elle est devenue conseillère municipale. Toutes ses interventions et prises de parole se focalisent essentiellement sur l’autonomisation des femmes, sur l’accès des femmes et des jeunes au foncier et au financement, et sur le renforcement de capacités des GPF.

11 Nov 2020

CHARTE D’ENGAGEMENT Dynamique pour une Transition Agroécologique au Sénégal

Au Sénégal, l’agriculture est confrontée au triple défi de la croissance démographique, du changement climatique et de la dégradation des ressources productives (eau, sols, végétations).

Dans ce contexte, le modèle actuel d’intensification agricole n’apportera pas de réponses durables. Les systèmes de production conventionnels paraissent performants à court terme, mais ils sont en réalité bâtis sur des fondements très fragiles : des sols pauvres et dégradés, une dépendance élevée aux intrants exogènes, une faible résilience face aux aléas climatiques et aux bio-agresseurs et une instabilité des rendements. Il est donc nécessaire de changer de paradigme pour repenser en profondeur nos manières de produire et de consommer des aliments de meilleure qualité.
L’agroécologie est reconnue au niveau international comme un levier puissant pour rendre l’agriculture plus durable et plus résiliente face au changement climatique. En Afrique subsaharienne, de nombreuses études ont montré que l’agroécologie peut contribuer à l’emploi, à la sécurité alimentaire et à la restauration des ressources naturelles et des services écosystémiques.
Au Sénégal, depuis plusieurs décennies, des organisations de la société civile, des institutions de recherche, certaines communes et l’Etat portent diverses initiatives pour développer l’agroécologie. Plus récemment, l’Etat sénégalais a placé la transition agroécologique (TAE) parmi les cinq initiatives majeures du Plan d’Action Prioritaire de la deuxième phase du Plan Sénégal Emergent (2019-2023).
En mai 2019, faisant suite à cette déclaration, les différentes organisations et plateformes engagées dans l’agroécologie au Sénégal ont décidé de se réunir au sein d’une seule alliance, la DyTAES, dans le but de mener une action de dialogue politique avec le Gouvernement.
La DyTAES, c’est qui ?
La « Dynamique pour une Transition Agroécologique au Sénégal » (DyTAES) est un réseau sans reconnaissance légale, mais structuré, qui regroupe
des organisation faîtières de producteurs, de consommateurs, des ONG et des institutions de recherches sénégalaises et internationales, des réseaux d’organisations de la société civile sénégalaise et ouest africaine, un réseau d’élus locaux engagés dans la transition agroécologique.Les membres fondateurs sont : Enda Pronat, TaFAé, FENAB, CNCR, AgriSud International, Gret, AFSA, REVES, ANSTS, ACF, CICODEV, Action Aid, IED Afrique, IPAR, CIRAD.
Ce groupe a été, par la suite, rejoint par d’autres acteurs qui ont mis en commun leurs connaissances et compétences pour co-construire un document de contribution politique pour une transition agroécologique au Sénégal à partir de consultations menées auprès d’un millier de personnes (producteurs/trices, éleveurs, services techniques, ONG, etc.) dans les 6 zones éco-géographiques du pays. La DyTAES est aussi membre de l’Alliance pour l’Agroécologie en Afrique de l’Ouest (3AO).

Télécharger la charte

28 Oct 2020

Le projet FAIR mise sur l’agroécologie pour accroître la résilience des producteurs sahéliens

L’intensification agroécologique permet de rémunérer décemment les agriculteurs, nourrir sainement les populations, tout en protégeant les ressources naturelles. Les petits producteurs de trois pays sahéliens pourront miser sur l’adoption de ces nouvelles méthodes pour améliorer leurs conditions de vie et la résilience de leur exploitation. Le projet FAIR les accompagnera vers cet objectif. Coordonné par le Cirad, il est co-financé par l’AFD et l’Union européenne dans le cadre du programme DeSIRA.

L’agroécologie pourrait-elle permettre d’intensifier de manière durable une productivité agricole sahélienne en proie à de profondes vulnérabilités ? C’est là tout l’enjeu du projet FAIR coordonné par le Cirad, dont un atelier fédérateur a eu lieu à Ouagadougou en octobre. Co-financé à hauteur de 9 millions d’euros par l’Union européenne et l’Agence française de développement, il réunira pendant quatre ans dix partenaires européens et ouest-africains autour d’activités menées au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal. « C’est un projet très ambitieux, précise Eric Scopel, spécialiste des transitions agroécologiques au Cirad. Nous souhaitons mettre en place avec les producteurs des innovations agroécologiques permettant d’améliorer leurs conditions de vie, tout en pesant moins sur les ressources naturelles. Mais l’originalité est surtout de revisiter les processus collectifs à l'œuvre entre les producteurs et les acteurs de la recherche et du développement, pour rendre pérenne l’appropriation de ces innovations dans les zones rurales. »

Sortir des systèmes agricoles vulnérables et peu performants

À l’origine du projet, une agriculture sahélienne exposée à de nombreux risques, au premier rang desquels le changement climatique. « C’est une zone tampon qui en subit de plein fouet les effets, au-delà de ses fragilités structurelles liées aux conditions de pluviométrie et de température » détaille Eric Scopel. Essentiellement tournés vers les productions vivrières et l’élevage traditionnel, les systèmes agricoles se caractérisent par des rendements faibles (<1t/ha) et des pertes post-récolte élevées (>30%). Quelques voies d’intensification émergent, mais elles sont soumises à des contextes de marché extrêmement instables et des prix fluctuants. Par ailleurs, la population africaine devrait tripler à l’horizon 2100. Dans ce contexte de forte pression anthropique -on assiste à une dégradation rapide des ressources naturelles (sols, eau, biodiversité) ainsi qu’à une compétition pour les différents usages des terres agricoles et pastorales. « Les systèmes agricoles sont en déséquilibre permanent et de moins en moins durables », expose le chercheur. Cette situation critique, qu’accentue encore davantage l’insécurité liée aux mouvements terroristes, explique qu’une grande partie de la population sahélienne soit touchée par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Selon Oxfam, en 2018 au Sahel, près de 10 millions de personnes souffrent de malnutrition aiguë, dont 1,6 million d’enfants, et entre 40 et 50 % de la population vit dans l’extrême pauvreté.

Intensification agroécologique

Face à cette insécurité alimentaire chronique, FAIR fait le pari de l’agroécologie, via des activités menées à trois niveaux. Celui des communautés, en s’appuyant sur les expériences des producteurs eux-mêmes ainsi que sur les contributions d'acteurs de la recherche et du développement, pour définir de nouvelles méthodes et techniques de production. Celles-ci concernent tant la gestion des sols et de leur fertilité que l’incorporation de la biodiversité végétale dans les cultures. Les interactions entre agriculture et élevage seront également abordées, pour passer « d’une relation conflictuelle à une relation bénéfique », schématise Eric Scopel.
Les services à disposition des producteurs et leurs liens aux marchés sont d’une importance capitale pour accompagner efficacement la mise en place de ces innovations. C’est pourquoi le second niveau d’action est celui des institutions régionales (fédérations de producteurs, autorités locales, entreprises du marché et des filières, recherche locale, instituts de formation, ONG). En recourant aux outils de prospective (ateliers, jeux de rôle), l’ensemble des acteurs explorent collectivement les conditions d’émergence de l’agroécologie de demain : accès aux filières, accès aux semences, mécanisation, appui technique spécialisé, formation.
Enfin, aux niveaux national et intra sahélien, un travail de plaidoyer vise la convergence avec d’autres initiatives similaires, mais surtout l’appui politique des gouvernements. Objectif : pérenniser et étendre la transition agroécologique des systèmes.

Savoir s’adapter aux changements de demain

Grâce à l’intensification et à la diversification de la production, les agriculteurs pourront améliorer leurs revenus et les populations rurales accéder à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Une attention particulière sera portée à l’impact de l’intensification agroécologique sur la condition des femmes et la répartition de la charge de travail entre les sexes*. En permettant un usage plus efficient des ressources et intrants mobilisés, les nouvelles voies d’intensification agroécologiques seront moins nocives pour la santé et l’environnement.
Dans un contexte de forte incertitude face à l’ampleur et la diversité des changements à venir, le plus grand défi du projet est que les acteurs locaux deviennent autonomes dans les processus d’adaptation. « Jusqu’à présent, les producteurs étaient souvent en position d’attente vis-à-vis des chercheurs, lesquels pouvaient avoir une approche normative », analyse Eric Scopel. Qu’est-ce qui satisfait les producteurs ? De quelles connaissances ont-ils besoin ? Comment la produire et la diffuser ? Un nouvel équilibre devra être trouvé dans la construction et le partage des savoir-faire. « On parie sur la prise de conscience, par les producteurs, d’autres dimensions des performances des systèmes agricoles et des impacts positifs qu’ils peuvent avoir sur les écosystèmes », conclut le scientifique.

* Le projet FAIR fait partie des initiatives pilotes du programme européen Gender Smart. A ce titre, le genre est une dimension transversale qui sera étudiée dans l’organisation de la recherche, la répartition des rôles sociaux de sexe dans les institutions et au sein des exploitations agricoles.

Partenaires du projet FAIR

  • Institut d'économie rurale (Mali)
  • Institut de l'environnement et recherches agricoles (Burkina Faso)
  • Institut sénégalais de recherches agricoles (Sénégal)
  • Institut de recherche pour le développement (France)
  • Wageningen University & Research (Pays bas)
  • Consejo Superior de Investigaciones Cientificas (Espagne)
  • Leibniz Centre for Agricultural Landscape Research (Allemagne)
  • Agronomes et vétérinaires sans frontières (France)
  • ENDA Pronat (Sénégal)

 

SOURCE : CIRAD

15 Oct 2020

JOURNÉE INTERNATIONALE DES FEMMES RURALES

JOURNEE INTERNATIONALE DES FEMMES RURALES

Les femmes et les filles jouent un rôle majeur et de plus en plus reconnu pour un développement durable en zone #rurale. Elles constituent une large part de la main d’œuvre des activités économiques rurales et effectuent la grande majorité des tâches domestique au sein des familles et foyers en zones rurales. Elles contribuent aussi de manière significative à la production agricole, à la sécurité alimentaire et à la nutrition, à la gestion des terres et des ressources naturelles et au renforcement des capacités d’adaptation face aux changements climatiques.
La journée internationale des femmes rurales 2020 coïncide avec une pèriode fortement marquée par la pandémie de la Covid 19 rendant ainsi la situation de la femme rurale plus difficile.
ENDA PRONAT renouvelle son engagement de renforcer la résilience des femmes rurales face á la Covid19.
Les actions continueront de manière significative pour booster la production agricole, la bonne gouvernance des terres et des ressources naturelles et au renforcement des capacités

Le saviez-vous ?

Les femmes rurales représentent un quart de la population mondiale et travaillent comme agricultrices, entrepreneures ou salariées agricoles.
Moins de 20 % des propriétaires terriens dans le monde sont des femmes. Dans les zones rurales, l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes peut atteindre 40 %.
Une réduction de l’écart entre les taux d’activité des hommes et des femmes de 25 % d’ici à 2025 pourrait faire augmenter le PIB mondial de 3,9 %.
Si les femmes des zones rurales disposaient du même accès aux actifs agricoles, à l’éducation et aux marchés que les hommes, la production agricole pourrait être augmentée et le nombre d’individus souffrant de la faim pourrait diminuer d’environ 100 à 150 millions de personnes.

13 Août 2020

La terre, notre identité

Notre démarche n’est pas ponctuelle. elle se fonde sur la mission et la vision de notre maison mère, le réseau international enda tiers-monde dont enda Pronat est membre. il s’agit pour nous d’accompagner les communautés à la base, acteurs de l’économie locale et nationale, et les acteurs politiques à tous les nouveaux (local, national, sous régional et même international) dans une démarche de recherche action, pour aller vers des modèles de développement durable. les résultats de cette démarche nous permettent de construire des alternatives et de bâtir un plaidoyer sur des politiques locales, nationales, sous régionales et internationales, porté par l’ensemble des acteurs. Ce qui fait d’Enda tiers monde, et bien sûr d’Enda Pronat aussi, des acteurs de transformation de nos sociétés, pour la construction de modèles de production et de consommation plus durables, au niveau de l’alimentation, de la transmission des savoirs ou connaissances, de la création de richesses, des systèmes de gouvernance et d’exploitation de nos ressources naturelles pour la construction de modèles de développement durable qui rétablissent l’équité et la justice sociale entre les peuples. C’est construire réellement son autonomie et aspirer à la souveraineté.
En savoir plus

13 Juil 2020

Déclaration suite à l’attaque à main armée et cambriolage du domicile du porte-parole de la CGLTE OA

Nous, Plateformes Nationales de la Convergence Globale des luttes Terre et Eau Ouest Africaine (CGLTE OA), représentant de 15 pays et organisations, sommes signataires de la présente déclaration.

Face à l’agression dont a été victime, notre Camarade Massa KONE, Porte-parole de la CGLTE OA et de No vox Afrique, Membre du Comité international du Forum Social Mondial et de la coordination pour le Droit à l’Alimentation et la Nutrition, le vendredi 22 juin 2020 à son domicile.

Nous sommes indignés face à cette intervention musclée qu’a subi Massa KONE et sa famille, par six (06) individus cagoulés et habillés en tenue militaire avec des armes de guerre, qui s’est soldé par des actes de vandalisme, d’agressions, et de pillages de son domicile et en présence des enfants terrorisés.

Nous condamnons, ensemble et sans réserve cet acte barbare à l’encontre de Massa KONE et sa famille et mettons en garde les commanditaires et exécutants.

Lire la déclaration

 

09 Juil 2020

Dynamique nationale pour une transition agroécologique au Sénégal (DyTAES).

En mai 2019, suite à la déclaration du Président de la République faisant de la transition agroécologique un axe prioritaire de son quinquennat, les différentes organisations, plateformes et réseaux engagés dans l’agroécologie au Sénégal ont décidé de se réunir au sein d’une seule alliance dans le but de mener une action de dialogue politique d’envergure nationale : cette initiative a donné naissance à la Dynamique Nationale pour une Transition Agro-Ecologique au Sénégal (DyTAES).