"Environnement Développement Action pour la Protection Naturelle des Terroirs"
54, Rue Carnot , Immeuble Cheikh Hamidou KANE Dakar , Plateau
(+221) 33 889 34 39
Lun-Sam: 07:30 - 17:00
26 Fév 2019

Sénégal: Séance d’audition – Les candidats à la présidentielle face au CRAFS

Les organisations membres du Cadre de réflexion et d’action sur le foncier au Sénégal (Crafs) en collaboration avec la Plateforme nationale Directives volontaires et gouvernance foncière, ont organisé hier, jeudi 21 février, une séance d’audition citoyenne des candidats à la présidentielle de 2019 sur 4 thématiques principales.

Le Cadre de réflexion et d’action sur le foncier au Sénégal (Crafs) qui regroupe Action Aid, Ajs, Cicodev, Cncr, Congad, ENDA PRONAT, en partenariat avec tous les acteurs du secteur économique ainsi que la société civile a procédé à l’audition citoyenne des 5 candidats à la présidentielle de 2019.

Quatre thématiques ont été soumises aux candidats, relatives aux préoccupations du monde rural, à prendre en compte dans les politiques publiques. Le premier thème porte sur «la gouvernance des ressources naturelles», avec tous les problèmes liés à la spéculation foncière.

Pour Alpha Ba, représentant de «Sonko Président», son candidat promet de faire une audite foncière afin de retourner la gestion des terres aux collectivités locales. Il s’engage aussi à faire de la refonte foncière une réalité.

Le mandataire de la coalition «Idy 2019», Abdoul Aziz Gueye s’engage au nom de son candidat à appliquer les décisions de la Commission nationale de réforme foncière.

Quant à l’accessibilité aux terres, Youssouf Diallo de Bennoo Bokk Yaakaar (BBY) prône une gestion plus optimale qui privilégie les citoyens Sénégalais, conformément à la loi sur le Domaine national qui protège certaines terres, et aussi les forêts classés, entre autres.

Sur la deuxième thématique qui a trait à «la transformation des exploitations familiales», Youssouf Diallo relève que le pays doit être à un niveau de croissance basé sur l’industrialisation, tel que le souhait Macky Sall, avec la subvention des semences et des intrants à hauteur de 70%.

Pour Abdoul Aziz Ba, Idrissa Seck s’engage à respecter le protocole de Maputo qui vise à investir 10% des ressources dans l’agriculture. Car, une bonne agriculture ne peut se faire sans la maîtrise de l’eau et de l’énergie.

Pour Alpha Ba, Ousmane Sonko envisage de recentrer l’agriculture autour de l’exploitation familiale, en accompagnant les agriculteurs dans la diversification agricole et la transformation.

Quant à la thématique sur «la gouvernance alimentaire et nutritionnelle», le mandataire de BBY note que son candidat a doublé la production en riz à hauteur de 1.150.000 tonnes par an.

Pour Alpha Ba de Pastef, son candidat prend l’engagement de réduire les importations pour promouvoir l’autosuffisance alimentaire mais aussi booster les cantines scolaires.

Venu représenter le candidat de la coalition «Madické 2019», Habib Sy, ancien ministre de l’Agriculture de dire, en tant qu’initiateur du Protocole de Maputo, son mentor est décidé à aller au-delà même des 10% préconisés.

La dernière thématique a porté sur «la gouvernance de la santé». Dans ce volet, «Idy 2019» décide de reconduire la Cmu en y apportant des modifications, à maintenir les politiques de santé et à prendre en compte les urgences médicales.

«Sonko 2019», indique la prévention est au cœur de sa politique sanitaire et propose une réforme de la carte sanitaire, avec la création de structures sanitaires de niveau 3 dans chaque commune.

Pour Habib Sy, son candidat milite pour le système d’assurance, avec des ambulances qui se déplaceront tous les mois avec à bord une équipe spécialisée pour aller dans les coins les plus reculés du Sénégal pour prendre en compte les préoccupations sanitaires des populations.

Le candidat du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur), n’avait pas de mandataire à cette séance d’audit citoyen des prétendants à la présidentielle.

Source: https://fr.allafrica.com/stories/201902220630.html

11 Fév 2019

Atelier Bilan & Perpectives des activités de Enda Pronat dans la zone de Koussanar

Le 28 janvier 2019, Enda Pronat a organisé à Koussanar un atelier de partage des résultats et perspectives de ses activités avec les représentants des communes de Koussanar, Ndoga Babacar et Sinthiou Maleme.

Cet atelier a réuni 96 participant-e-s, dont les sous-préfets de Koussanar et de Makacolibantang, les maires des 3 communes, des élu-e-s, des partenaires au développement, des chefs de village, des présidentes de groupements, des producteurs et jeunes, les services techniques de l’arrondissement, la radio locale.

Le Président de la Fédération Yakaar Niani Wulli a rappelé l’histoire de la Fédération et son partenariat avec Enda Pronat, démarré en 1994 autour de la production de coton biologique certifié. Cette association regroupe aujourd’hui plus de 2000 producteurs/trices répartis dans tout le département de Tambacounda. Elle a évolué vers une diversification des spéculations produites et transformées localement (fonio, sésame, indigo,…) et vers une gestion plus durable des ressources naturelles.

Le représentant local de Enda Pronat, a ensuite présenté les principaux résultats obtenus au cours des 5 dernières années dans la zone (communes de Koussanar, de Ndoga Babacar et de Sinthiou Maleme).

Sur l’axe gouvernance des ressources naturelles :

  • Depuis 2013, plus de 2000 personnes (populations, élu-e-s), dont 50% de femmes, ont été sensibilisées sur les enjeux fonciers et les procédures de régularisation ;
  • Grâce aux nombreuses sensibilisations menées, les populations ont compris les enjeux et déposées plus de 1500 demandes de régularisation qui sont en attente de délibération ;
  • Enda Pronat a également accompagné le processus de redynamisation de la convention locale de gestion durable des ressources naturelles (plus de 500 personnes consultées en 2018)

Sur l’axe de la production agroécologique :

  • Les 2 pompages solaires villageois installés ont permis d’améliorer l’accès des populations et du bétail à l’eau, l’amélioration des revenus maraichers de 50 femmes et l’allègement de leurs tâches ménagères ;
  • Les agriculteurs sensibilisés ont pratiqué la Régénération Naturelle Assistée (RNA) sur 68 ha de terres agricoles en vue de contribuer à la restauration de la fertilité des sols ;
  • Les appuis en semences (9 t d’arachide en 2018) et matériel agricole donné par Enda Pronat en 2018 ont permis l’amélioration de la production de 90 exploitations familiales.

Depuis 25 ans, Enda Pronat accompagne la Fédération Yakaar Niani Wulli dans la promotion de l’agriculture saine et durable auprès de milliers de producteurs/trices répartis dans plusieurs communes du département de Tambacounda. Chaque année, Enda Pronat organise avec ses partenaires de base des auto-évaluations participatives des activités menées. Ainsi, dans l’idée de renforcer davantage les synergies avec les autres acteurs de développement intervenant dans ces communes, il est important de partager les résultats et difficultés vécus, ainsi que les perspectives envisagées.

En 2019, Enda Pronat a prévu i) de mettre en place des classes d’alphabétisation fonctionnelle pour inculquer à 300 jeunes des notions sur la citoyenneté et la gestion durables des ressources naturelles, ii) de poursuivre le processus de redynamisation de la convention locale pour une large appropriation par la population et iii) la redynamisation des filières arachide et fonio avec l’appui de la FAO et d’Action Aid.

Les participant-e-s ont apprécié le partage des résultats et perspectives de Enda Pronat et recommandé de relancer le cadre de concertation des acteurs de développement de l’arrondissement de Koussanar en vue de renforcer davantage les synergies d’action. Le sous-préfet de Koussanar a pris l’engagement de réunir le cadre de concertation des acteurs dès le mois de mars.

06 Fév 2019

Volontaires belges et sénégalaises luttent contre l’érosion des sols

Fondée en 2018, l’association Les voix du climat – Climates voices a pour objectifs d’informer, de sensibiliser et d’accompagner différents publics sur les changements climatiques et en particulier les enjeux de la transition écologique et sociale. Elle est venue en juin 2018 filmer les actions entreprises par les communautés de la zone de Keur Moussa dans les Niayes, pour lutter contre l’érosion, avec l’appui de l’ONG Enda Pronat.

Des volontaires de Quinoa, ONG belge d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire, ont également pu  témoigner sur leur expérience dans cette vidéo. Quinoa est une organisation partenaire d’Enda Pronat qui organise des séjours interculturels dans des organisations de différentes régions du monde engagées pour la défense des droits des communautés. Pour la 3e année consécutive, un groupe de volontaires de Quinoa est venu au Sénégal dans une des zones d’ancrage d’Enda Pronat, pour découvrir la vie des populations, et évoluer à leurs côtés dans leurs activités quotidiennes individuelles, familiales et communautaires.
05 Fév 2019

FATICK : LES CONSEILLERS MUNICIPAUX DE NDIOB SENSIBILISÉS SUR LA SÉCURISATION FONCIÈRE

Ndiob, 5 fév (APS) – La commune de Ndiob (Fatick, centre), a initié, en partenariat avec l’ONG Enda Pronat, un forum de sensibilisation des conseillers municipaux, des notables et autres acteurs locaux sur les enjeux fonciers et la sécurisation foncière, a appris lundi l’APS.
« Nous avons initié cette formation à l’endroit des jeunes, des femmes, des animateurs, des notables, des chefs de village et les conseillers municipaux de la commune pour qu’ils comprennent les règles de la gestion foncière, et les outiller pour mieux sécuriser le foncier », a dit le maire de la commune de Ndiob, Oumar Bâ.
Il s’entretenait avec des journalistes lors d’un atelier de formation des conseillers municipaux organisé dans le cadre du forum de sensibilisation sur les enjeux fonciers et la sécurisation foncière dans la commune de Ndiob.
« Cette formation, a-t-il souligné, intervient dans un contexte où la terre est au centre des préoccupations géostratégiques au niveau mondial pour la simple raison qu’en Europe, il n’y a plus de surfaces cultivables, mais aussi de problèmes familiaux, entre éleveurs et agriculteurs, au niveau local. »
« Aujourd’hui, les continents européen, asiatique et américain sont confrontés à un problème de terres cultivables pour nourrir leurs populations alors l’Afrique qui détient encore 60% des terres cultivables dans le monde suscite des convoitises’’, a-t-il soutenu.
Le maire de Ndiob a dénoncé « le phénomène de l’accaparement des terres », ajoutant qu’il « peut porter préjudice au continent africain, aux populations africaines et locales puisque nous cultivons nos terres pour se nourrir ».
« Donc, il ne faut pas que nous bazardions nos terres », a-t-il préconisé, expliquant que c’est la raison pour laquelle la commune de Ndiob et Enda Pronat, ont initié ce forum de renforcement de capacité sur la gestion foncière.
Selon lui, un renforcement de capacités des populations leur permettra de connaître, d’une part, la loi sur les modalités de gestion de la terre, et d’autre part, l’importance des terres dans la vie des collectivités locales.
« Quand elles seront suffisamment imprégnées des enjeux fonciers, ce sont elles-mêmes qui pourront sécuriser leurs terres et leurs ressources naturelles sur la base d’une bonne connaissance et une bonne formation des enjeux et la sécurisation des terres », a dit l’édile de Ndiob.
Toutefois, a-t-il précisé, sa commune n’est pas spécifiquement confrontée au problème d’accaparement des terres à cause de la vigilance du conseil municipal.
« Les terres sont destinées à la satisfaction des intérêts des populations et non des multinationales. Et en formant nos populations nous voulons prévenir le phénomène d’accaparement des terres », a-t- encore expliqué.
Ouvert dimanche dernier, ce forum de sensibilisation va se poursuivre jusqu’ au jeudi.
Source: APS