Processus de contribution du GDSP à la Revue Conjointe du Secteur Agro-Sylvo-Pastorale et halieutique

Le 18 octobre 2018, Enda Pronat a accueilli le Groupe de Dialogue Social et Politique (GDSP) dans ses locaux à Dakar pour l’atelier national de validation de sa contribution à la Revue Conjointe du Secteur Agro-sylvo-pastorale et halieutique (RCSA).

Le Sénégal, à l’instar d’autres pays membres de l’Union Africaine, s’est engagé à organiser annuellement la RCSA, un élément d’application du septième engagement de Malabo portant sur la responsabilité mutuelle[1]. Elle se décline par un processus de dialogues inclusifs entre le Gouvernement, le Secteur Privé, la Société Civile et les partenaires techniques et financiers. Elle offre donc un cadre de mutualisation pour : (i) évaluer les performances et résultats du secteur agricole, (ii) aider les groupes d’acteurs à asseoir des politiques et identifier les priorités pour le secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique et enfin (iii) renforcer la participation des acteurs non gouvernementaux dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques agricoles. Sous ce rapport, la revue conjointe revêt une importance capitale en ce sens qu’elle reste un moment fort de retour sur la dernière année de mise en œuvre de la politique agricole et de réflexion sur les résultats obtenus, les performances du secteur, mais également un exercice de renouvellement des engagements mutuels des groupes d’acteurs sur les perspectives du secteur. Elle constitue un cadre d’échanges où tous les représentants des groupes d’acteurs doivent examiner, de manière concomitante et concertée, les voies et moyens qui permettent au secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique de jouer pleinement son rôle de levier pour une croissance soutenue, durable et inclusive. C’est la raison pour laquelle les Organisations de Producteurs et de la Société Civile, à travers le Groupe de Dialogue Sociale et Politique (GDSP), ont pris l’engagement de mener un exercice préparatoire indépendant afin de structurer et de documenter leur contribution à ladite revue conjointe. A cet effet, le GDSP a organisé cinq ateliers régionaux de consultation des Organisations de Producteurs et de la Société Civile (à Louga, St Louis, Kaolack, Ziguinchor et Matam) en septembre 2018 et une retraite pour synthétiser leurs contributions dans un document qui a été discuté et validé par les membres du GDSP au niveau national le 18 octobre dans les locaux d’Enda Pronat. Pour enrichir la contribution du GDSP, une étude d’approfondissement a été réalisée afin de mettre en exergue la contribution des exploitations familiales dans les performances du secteur. L’étude a montré qu’en 2017, sur ces 6 filières prioritaires (arachide, riz, coton, maïs, tomate industrielle), les exploitations familiales ont emblavé 1 818 000 hectares et mobilisé un investissement moyen de campagne 95 milliards de Fcfa pour l’achat des intrants (essentiellement semences et engrais). A l’atelier national de validation, les membres du GDSP ont apprécié l’intégration de ces données dans leur document de contribution et recommandé au comité technique d’approfondir l’étude et de prendre en compte un plus grand nombre de spéculations pour la prochaine RCSA. La contribution du GDSP a ensuite été partagée avec le Gouvernement à l’atelier de partage du 30 octobre 2018 à l’hôtel Good Rade à Dakar. Ce dernier a apprécié positivement la qualité de la contribution et projette de l’intégrer dans le document global de la RCSA dont l’atelier se tiendra avant la fin de l’année.

[1] http://ecowas-agriculture.org/sites/default/files/dc3a9claration-de-malabo-fr.pdf