Semences paysannes

Les semences sont la base de l’alimentation mondiale. La sélection de nouvelles plantes vivrières est fondée sur la diversité des semences – l’agrobiodiversité – générée au fil des siècles par les paysans et paysannes. Mais cette diversité est menacée. Les droits de propriété intellectuelle, comme les brevets ou les certificats d’obtention végétale (COV), entravent l’accès aux ressources génétiques et leur libre exploitation par les paysan-n-es. Cela met en péril la sécurité alimentaire et conduit à une concentration croissante du marché des semences. Ce marché est actuellement estimé à plus de 30 milliards d’euros. Par ailleurs, neuf multinationales se partagent 85 % des ventes de semences.

A l’origine, ces ressources très importantes que représentent les semences étaient considérées comme appartenant au patrimoine commun de l’humanité. Depuis 1992, elles dépendent du droit souverain des Etats et sont aujourd’hui de plus en plus souvent entre les mains d’entreprises privées.

Avec l’accélération du changement climatique, une agriculture diversifiée est plus que jamais nécessaire pour garantir la sécurité alimentaire de toutes les régions du monde. Aujourd’hui, des voix toujours plus nombreuses s’élèvent pour défendre la diversité des espèces végétales, afin de préserver la biodiversité des cultures agroalimentaires, indispensable à la vie sur Terre. La population paysanne mondiale en est de plus en plus consciente et diverses mesures ont été prises pour répertorier et préserver cette diversité au niveau local.

C’est dans ce contexte qu’ENDA PRONAT met l’accent sur la promotion des semences paysannes par les actions suivantes :

  • Informer et sensibiliser les populations sur les multiples vertus et propriétés des semences paysannes, sur la propriété intellectuelle et sur les pratiques de bio piraterie mises en œuvre par certaines multinationales (agroalimentaires et pharmaceutiques) et institutions de recherche scientifique, sur les différentes conventions internationales portant sur la biodiversité, les ressources génétiques, le patrimoine culturel.
  • Favoriser les échanges d’idées entre les acteurs au niveau national et sous régional
  • Développer et mettre en place des approches inclusives et participatives dans les réflexions portant sur la protection des semences paysannes

Favoriser un meilleur accès (disponibilité) aux semences paysannes de sorgho à travers le développement de programmes de multiplication visant celles