COPAGEN

PRESENTATION
La Coalition pour la Protection du Patrimoine Génétique Africain (COPAGEN) est un mouvement associatif citoyen regroupant des organisations de la société civile de l’espace Ouest-Africain, notamment les huit pays de l’UEMOA, plus la Guinée. Elle compte à ce jour comme membres, environ deux cents organisations de base dont des organisations paysannes, des organisations syndicales, des associations de consommateurs et des mouvements de défense des droits de l’homme.
La COPAGEN est née en 2004, à Grand-Bassam (Côte d’Ivoire), en vue de contribuer à la promotion des droits des communautés sur les ressources génétiques dans un contexte où ils sont victimes de divers fléaux tels que les OGM, la bio piraterie et l’accaparement des terres.

Au Sénégal , ENDA PRONAT est le point focal de la COPAGEN.

VISION
La COPAGEN rêve d’une Afrique où les ressources génétiques gérées durablement sont co-propriétés de l’État et des communautés locales et sont mises au service de tous pour le bien être des générations présentes et futures.
MISSION
La mission de la COPAGEN est d’œuvrer à la sauvegarde du patrimoine génétique africain et à l’utilisation durable des ressources biologiques africaines à travers la protection des droits des communautés locales et des agriculteurs, la régulation de l’accès à la biodiversité et la gestion des risques liés au génie génétique et de toutes autres technologies hasardeuses susceptibles d’aliéner les ressources génétiques.
OBJECTIFS
Les principaux objectifs de la COPAGEN sont :
• Informer, sensibiliser et former les populations et l’opinion publique sur les enjeux réels des manipulations génétiques et du brevetage du vivant ;
• Amener les décideurs africains à élaborer de façon participative, à faire voter et à faire appliquer des lois protégeant le patrimoine génétique africain et les connaissances associées et garantissant les intérêts stratégiques des communautés locales en s’inspirant des deux lois modèles de l’Union Africaine (La Loi-Modèle pour la protection des droits des communautés locales, des agriculteurs et des sélectionneurs et pour la réglementation d’accès aux ressources biologiques, de 2000 et la Loi-Type révisée sur la biosécurité en Afrique, de 2007) ;
• Développer des solutions alternatives pour valoriser les ressources génétiques locales et les technologies et connaissances qui y sont associées.

POSITION DE PRINCIPE
La position des organisations membres de la COPAGEN sur les OGM tient au message suivant : « Oui pour une recherche scientifique indépendante qui valorise les ressources biologiques locales et les connaissances traditionnelles et endogènes dans l’intérêt des petits agriculteurs et des consommateurs africains ; non au brevetage du vivant et aux OGM dans l’agriculture et l’alimentation, face à tous les risques avérés et potentiels actuels qui y sont attachés ».

Lien site internet: Copagen