Annuaire Professionnel

Etude sur les mécanismes de gestion des semences: Cas du Sénégal

La gestion des semences se trouvent actuellement dans une situation mixte dans la plupart des pays francophones d'Afrique de l'Ouest : i) d’une part, les gouvernements sont sous la pression des entreprises internationales, qui semblent très déterminées à contrôler les semences partout dans le monde, et militent ainsi à avoir des lois harmonisées sur les semences; ces lois viseront à orienter la gestion des semences dans la même direction que celle des pays européens et nord-américains ; de telles lois déposséderaient, dans un futur que les entreprises internationales souhaiteraient proche, les agriculteurs de leurs semences, criminalisant l'utilisation des semences indigènes; ii) d'autre part, les gouvernements sont confrontés à une situation où l'agriculture familiale est dominante dans les zones rurales, avec un mécanisme presque sui generis de gestion des semences; dans ce système d'agriculture familiale, les agriculteurs utilisent encore, dans leur grande majorité, des semences locales et autochtones selon les us et coutumes en vigueur dans leurs communautés depuis des millénaires, et ne sont pas prêts à respecter la réglementation nationale, en particulier dans la production alimentaire.

Les enquêtes se sont déroulées dans 12 communes situées dans 7 régions du Sénégal (Dakar, Thiès, Diourbel, Fatick, Kaolack, Kaffrine et Tambacounda) qui appartiennent à trois zones agroécologiques que sont les Niayes, le Bassin Arachidier et le Sénégal Oriental (www.isra.sn). Voir figure 1 ci-dessous. ENDA PRONAT, point focal COPAGEN Sénégal, a participé activement à cette étude.

La reconquête de la souveraineté alimentaire repose fortement sur les dynamiques locales engagées dans une optique d’un développement durable à l’échelle du terroir. L’approche terroir vise à ce que les communautés locales parviennent à changer les modes de gestion des ressources locales à travers notamment l’élaboration de politiques territoriales cohérentes et arrivent à les défendre au niveau local et national comme un projet de société. Cette gestion écologique et les principes de l’agroécologie en particulier devraient donc se traduire par le développement d’organisations sociales et d’économie durables pour améliorer le bien-être des sociétés paysannes. Tout cela, doit être accompagné par un plaidoyer politique porté à terme par les communautés de base, et en premier lieu par les organisations paysannes partenaires d’Enda Pronat.

Rapport annuel ENDA PRONAT

Les propositions de réforme de la société civile portées par le Cadre de Réflexion et d’Action sur le foncier au Sénégal (CRAFS) rejettent une immatriculation généralisée des terres et proposent le maintien de l’esprit de la loi 64-46 relative au domaine national avec quelques réaménagements. La société civile sénégalaise qui a travaillé depuis des années sur la question foncière avec les communautés locales, affirme son opposition à toute option de réforme qui est de nature à instaurer un marché foncier et une tendance à la marchandisation foncière. Le maintien de l’esprit de la loi 64-46 renvoie à la consolidation des principes de l’inaliénabilité et de la gestion communautaire des ressources foncières. Toutefois, l’évolution du contexte exige un toilettage de cette loi de 1964 afin de prendre en compte les mutations contextuelles. Ainsi, quels que soient les changements à apporter, la terre doit rester entre les mains des communautés qui l’exploitent. Consciente de l’important rôle que doit jouer le secteur privé, la société civile lui aménage un environnement juridique attractif basé sur le partenariat gagnant-gagnant avec les communautés locales.

Voies durables pour un meilleur système alimentaire au Sénégal

Le présent rapport est la troisième et dernière partie d'un effort d'investigation proposé par Misereor pour étudier et comparer les systèmes alimentaires durables qui ont été mis en œuvre par trois de ses organisations partenaires respectivement en Inde, au Brésil et au Sénégal. Cette étude traite des données du Sénégal et étudie les résultats au niveau des exploitations agricoles liés à la promotion de la sécurité alimentaire, et les pratiques durables pour la production agricole développées par ENDA PRONAT dans la région de Fatick au Sénégal. Cette publication est parue en 2018.

 

 

Nous, Délégué-es des coalitions nationales membres de la COPAGEN , représentant différentes organisations locales, venu-es de neuf (9) pays de l’Afrique de l’Ouest , sommes réunis du 2 au 4 octobre 2018, à Ouagadougou (Burkina Faso), dans le cadre du 13ème forum régional annuel, en vue de réfléchir sur le thème suivant : « Accaparement des terres, nouvelles générations d’Organismes Génétiquement Modifiées (OGM) et biopiraterie: Quelles menaces sur l'agriculture familiale et l'agro écologie paysanne et quelles solutions durables ? ». Les différentes communications, les témoignages et les échanges nous ont permis d’établir les constats suivants :

Agroécologie: Capitalisation d’expériences en Afrique de l’ouest

Ce rapport présente les résultats de l’étude réalisée dans le cadre du projet Capitalisation d’expériences d’acteurs pour le développement de techniques agroécologiques résilientes en Afrique de l’Ouest (CALAO). Le projet CALAO a été coordonné par l’association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) et mis en œuvre par les associations AVSF, Gret, CARI, Agrisud International, ENDA Pronat (Sénégal), ARFA (Burkina Faso), RAFIA (Togo), Inades Formation Togo, ainsi que l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD, Dakar), l’Université Nazi Boni (UNB, anciennement UPB, Bobo Dioulasso), l’Ecole Supérieure d’Agronomie du Togo (ESA-UL) et l’association Inter-réseaux Développement rural. L’étude s’est également appuyée sur un partenariat avec l’Unité de Formation et de Recherche Agriculture com- parée et Développement agricole d’AgroParisTech. Le projet a été mis en œuvre dans le cadre du PASANAO (Projet d’Appui à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest), financé par l’AFD et dont la maitrise d’ouvrage est assurée par la CEDEAO. Le projet CALAO a été cofinancé par AVSF, le Gret, Agrisud et le Cari dans le cadre du Groupe de travail sur les transitions agroécologiques (GTAE).

Nous,

COPAGEN Mali, membre de la Convergence Globale Ouest Africaine des Luttes pour la Terre, l’Eau et les Semences, réunis en Assemblée annuelle les 25 et 26 septembre 2018, sommes informés de la réunion du Comité National de Biosécurité pour l’évaluation du dossier de demande d’autorisation d’essai avec les moustiques génétiquement modifiés dans le cadre de la lutte contre le paludisme sous l’égide du Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable. Cette demande d’autorisation émane du Centre de Formation et de Recherche contre le Paludisme dont le laboratoire d’expérimentation est situé au Point G à la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie (MRSC/FMOS) de Bamako. Elle se situe dans le cadre du projet « Target Malaria » financé1 par la fondation Bill et Melinda Gates.

Bruxelles, 17 Septembre 2018 – Après de nombreuses années de mobilisation, dans le cadre du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (Tirpaa), les agriculteurs qui conservent et développent la diversité des semences ont enfin obtenu la convocation d’un groupe d’experts chargé de faire des propositions pour l’application de leurs droits. Ce groupe d’experts a tenu sa première réunion du 11 au 14 septembre 2018 dans les locaux de la FAO à Rome.

 

Des pesticides à une agriculture saine et durable

Le programme protection naturelle (Pronat) de enda Tiers Monde s’est inscrit avec ses partenaires de base dans un processus de recherche action sur les alternatives aux produits agro-chimiques. Ce processus a permis de construire une méthode d’approche et des outils vers un développement durable des terroirs. Après plusieurs années de recherche action, il nous semble important de capitaliser l’expérience. Il s’agit de réinterroger notre parcours et notre méthode de travail afin de mesurer les avancées avec nos partenaires de base et ainsi vérifier la pertinence de nos résultats par rapport à nos hypothèses de départ. Nous tenons à partager ces résultats avec nos partenaires stratégiques, les ONG nationales et internationales et personnes amies, tous ceux qui sont engagés dans les domaines de l’agriculture écologique.

Il est évidant que ce processus, même s’il a enregistré des résultats importants, n’a pas manqué de connaître des difficultés. Etant dans un processus de recherche action ces difficultés suscitent des questionnements qui entraînent de nouvelles hypothèses à partir des réflexions avec les acteurs de base et des institutions de recherche scientifique. C’est cette approche qui explique la diversité des thématiques abordées dans notre parcourt.

Nous constatons que les résultats des différentes expérimentations ne sont pas isolés. Ils ont fait l’objet d’ateliers nationaux et sous-régionaux. Ce partage d’expérience a favorisé la démultiplication des associations et des ONG engagées pour la cause d’une agriculture paysanne saine et durable. Enda Pronat et ses partenaires de base se retrouvent avec ces organisations dans des cadres de concertation pour porter le plaidoyer des petits producteurs. Cette étude est réalisée en 2010.

Pour la sécurisation des droits fonciers des femmes la stimulation des interventions pour un impact durable au Sénégal

La terre, au Sénégal, est une ressource qui est de plus en plus rare. De nombreuses communautés rurales sont confrontées à l’insécurité de jouissance en raison de la croissance démographique, de l’urbanisation galopante et des projets d’investissements publics et privés (étrangers) ayant une incidence sur le foncier. Dans ce genre de situation les femmes ont peu à dire dans ce qui se passe dans le domaine foncier. La loi sénégalaise stipule que les femmes et les hommes ont des droits égaux en ce qui concerne l’accès aux ressources foncières et naturelles ainsi que le contrôle de ces dernières. Cependant la gouvernance foncière est très décentralisée dans le pays. Les décisions relatives à la terre sont prises au niveau local et souvent, les pratiques coutumières et traditionnelles où les femmes héritent rarement de la terre, prennent le dessus sur les lois. La terre est en général une propriété familiale gérée par le chef de famille, qui est habituellement un homme. Cette publication est parue en 2018

Contenu: Plaidoyer contre l'accaparement des terres

 

3AO: Alliance pour l’agroécologie en Afrique de l’ouest

L’Alliance pour l’Agroécologie en Afrique de l’Ouest (3AO) est une plateforme de coordination et de relais d’information composée d’organisations paysannes, d’instituts de recherche/universités, d’ONG internationales et nationales dont ENDA PRONAT et de mouvements sociaux. Elle a pour objectif de promouvoir et d’accompagner une transition agroécologique en Afrique de l’Ouest pour garantir des moyens d’existence résilient, durables et adaptés aux nouveaux enjeux agricoles ouest-africains. À travers une série d’actions concrètes et concertées, 3AO vise à renforcer les synergies entre différents organismes et échelles d’action pour accentuer la force du plaidoyer, la visibilité du mouvement, et l’impact des initiatives agroécologiques.

 

 

 

Ce magazine « la Clef des terroirs » porte essentiellement sur la réforme foncière au Sénégal. Ce magazine revient sur: l’atelier de sensibilisation des parlementaires sur les enjeux de la sécurisation foncière; les dernières évolutions du processus de la réforme avec les réactions de la société civile sénégalaise et des juristes qui demandent au Président de la République de poursuivre le processus jusqu’á la législation foncière; le plaidoyer pour la protection du foncier pastoral.

https://www.youtube.com/watch?v=-S9b13KDgDo

 

ENDA PRONAT a facilité le processus de création d’une licence en agroécologie, en collaboration avec la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FENAB) et l’Institut Supérieur d’Agriculture et d’Entreprenariat (ISAE) de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD).

https://www.youtube.com/watch?v=sPRQ5i9sP68

 

 

ENDA PRONAT facilitated the process of creating a degree in ecological and organic agriculture, in collaboration with the National Federation of Organic Agriculture (FENAB) and the Higher Institute of Agriculture and Entrepreneurship of Cheikh Anta Diop University (UCAD). Film realisé par DLM FILMS”/moidlm81@gmail.com

https://www.youtube.com/watch?v=stkTyMahgfk

 

(Dakar le 9 juillet 2018) Le COASP et la COPAGEN, leurs membres et alliés s’indignent du forcing de nos institutions régionales pour harmoniser la législation semencière régionale au profit de l’industrie semencière en particulier et agrochimique de façon générale. Nous nous indignons alors de voir le Comité Régional des Semences et des Plants d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO-CILSS-UEMOA) se réunir à Dakar, du 9 au 11 juillet 2018, avec des acteurs semenciers de dix-sept pays (16 pays d’Afrique de l’Ouest, plus le Tchad) sans les Organisations Paysannes (OP) et la société civile souveraine, pour évaluer les progrès réalisés dans la mise en oeuvre du règlement semencier régional harmonisé. « Tout ce qui est fait pour vous et sans vous se fait contre vous » dit l’adage...

Chanson Ismael LO/ Beykat Bi

Ismael Lo - Baykat Bi

Ecouter la chanson

Agroecologie BIDEEW BOU BESS-ENDA PRONAT

 

Ecouter la chanson (mp3)
Analyse et mise en perspective des exploitations familiales agricoles et agro industries au Sènègal

Dans un monde en perpétuelle croissance démographique et dans un contexte de rareté des ressources naturelles, le défi de la sécurité alimentaire mondiale est de plus en plus préoccupant. Face à cette situation et aux graves crises qui en résultent, l’enjeu au niveau mondial est de promouvoir des systèmes de production et d’alimentation aptes à concilier performances économiques, sociales et environnementales. Cette étude est réalisée en 2016.

Si on écoutait la terre pour une agriculture paysanne durable

Depuis 2007 et 2008, nous assistons à des phénomènes inédits d’accaparement des terres africaines, dans un contexte où l’Afrique ne parvient pas à contrôler sa souveraineté alimentaire, connaît toujours une croissance de sa population, et où la gestion de l’espace pour le développement des activités rurales se complique avec des conflits entre agriculteurs et éleveurs. Les jeunes sans emplois s’adonnent à une émigration désastreuse, tandis que les phénomènes liés aux changements climatiques affectent les villes et les espaces ruraux. Cette publication est parue en 2015.

Capitalisation de bonnes pratiques agro-ècologiques

L'Initiative de l'Agriculture Ecologique Biologique (I-AEB) a pour mission de promouvoir des stratégies et des pratiques écologiquement rationnelles entre les divers acteurs de la production, la transformation, la commercialisation et l'élaboration des politiques pour protéger l'environnement, améliorer les moyens de subsistance, réduire la pauvreté et garantir la sécurité alimentaire.

L'objectif global de cette initiative est d'intégrer l'agriculture écologique biologique dans les systèmes nationaux de production agricole d'ici 2025 afin d'améliorer la productivité agricole, la sécurité alimentaire, l'accès aux marchés et le développement durable en Afrique.

Capitalisation de bonnes pratiques agroécologiques

Il s’agit DU TRIMESTRIEL de l’association ENDA PRONAT, engagée avec les paysans et les acteurs de la société civile dans la recherche de plus d’équité, de solidarité et de respect des droits des communautés.

Lire la newsletter

Cette vidéo comprend

en première partie (0′ – 3’11 ») un résumé des Journées de l’Agroécologie, organisées par Enda Pronat, en collaboration avec le Réseau des villes et communes vertes du Sénégal (REVES), la Fédération Nationale d’Argiculture Biologique (FENAB) et l’Université Cheih Anta Diop de Dakar (UCAD), les 5 et 6 février 2018 à la place du Souvenir à Dakar
en deuxième partie (3’11 » – 7’35 ») un discours de son Excellence le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement Rural Pape Abdoulaye SECK, enregistré le 4 février 2018 et retransmis lors de la Nuit de l’Agroécologie le 6 février 2018.

https://www.youtube.com/watch?v=KZ82cu1znTY&t=1s

Ce numéro « Clef des terroirs » porte essentiellement sur les changements climatiques et les alternatives mises en place par les organisations paysannes pour leur meilleure adaptation.

https://www.youtube.com/watch?v=n9pYfmi5R04&t=47s